mardi 17 mars 2009

Andaron y Andarán

Ayatollahs et talibans pour les frileux ; véritables défenseurs de la tauromachie pour d'autres... Dans tous les cas, l'ANDA (Association Nationale Des Aficionados) ne laissait pas indifférent ! Et je pense que l'essentiel résidait dans cela, le fait d'avoir une âme ; car combien d'entités taurines en ont une actuellement ?
L'ANDA, c'était pour moi un monument, des personnes qui n'avaient pas peur de dire ce qu'elles pensaient ; avec des idées géniales ! Car une « Egoïne d'or », une « Râpe d'argent », ou une « Lime de bronze » c'était une sacrée épine pour la réputation de l'éleveur, voire de l'organisateur. Et je ne me trompe pas en disant que les prix de fin de saison de l'ANDA constituaient une véritable référence, la preuve en est l'année dernière avec la novillada de Raso de Portillo de Parentis-en-Born que seule l'ANDA a récompensé, une course brave et authentique, ce qu'aimait saluer l'association. Alors qu'au contraire, les Clubs Taurins du Jaune et Cie préférent remettre chaque année le prix au meilleur lot de novillos à des courses bonitas, con nobleza y juego, comme l'on peut en voir à Samadet, à Garlin et ailleurs... Mais ce n'est pas ce que cherchait l'ANDA, qui privilégiait en particulier ces quatre valeurs : bravoure, caste, limpieza et authenticité.
On pourra également parler de l'amour que portait l'ANDA pour les arènes de Nîmes ; l'association allant même jusqu'à démontrer la légalité de la pratique de l'afeitado en France ! Une année, certains de ses membres demandèrent le remboursement de leur place à cause d'une corrida afeitée donnée dans les arènes de Nîmes... Ils furent déboutés et même condamnés au versement d'une somme devant le tribunal ; ce qui montra alors que l'afeitado n'était pas sanctionnable légalement, et peu sanctionnable sur l'honneur (hormis par les aficionados) car le milieu taurin n'a que faire de ce genre de dérive si cela peut arranger tous les bénéficiaires...
Je pourrais bien sûr multiplier les exemples mais me limiterai à ceux-ci. On retiendra de l'ANDA que c'était un organisme sérieux ; ce qui manque cruellement de nos jours. Je regrette cela ainsi que les prix de fin de saison, qui vont me manquer...

Bon vent,

Florent (le dimanche 9 novembre 2008)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire