mardi 14 avril 2009

Aignan ? Ah ben non !

Aignan « novillada matinale annulée afin de préserver l’état du ruedo pour la corrida de l’après-midi ». A 17 heures 15 – alors que le paseo était annoncé à 17 heures – les spectateurs attendaient devant les portes fermées des arènes. A ce moment-là il ne pleuvait plus même si les nuages avaient quelque peu arrosé le Gers durant la journée. Ce n’était pas pour autant un déluge tel celui de Céret l’an dernier. Puis les trois toreros du jour arrivèrent aux arènes. Et dix minutes plus tard, les gens massés devant les entrées firent demi-tour, puis s’en allèrent.

Annulation ? Mais il ne pleut pas pourtant – et il ne pleuvra plus de la soirée – ! Une annonce est faite mais elle n’a pu être entendue par tout le monde. La porte principale des arènes reste cependant ouverte et l’on peut accéder à la piste débâchée depuis peu. Une fois sur le ruedo, on voit un centimètre d’eau au maximum à certains endroits. Aussi, une remorque de sciure attendait sagement devant les arènes. Et dire qu’il aurait fallu tout au plus vingt-cinq paires de bras et vingt minutes…
Plus étrange encore, en se dirigeant vers les corrales ; on assiste au réembarquement de la corrida de José Escolar Gil : direction el Valle del Tiétar. Un lot réembarqué seulement un quart d’heure après l’annonce officielle de l’annulation. Les doutes s’amplifient. On assiste ainsi bouche bée à l’embarquement des Saltillos, de joli trapío en général bien qu’inégaux et tous avec des armures plus ou moins escobillées.

Les toros s’en vont ! Donc pas de report ! Aussi, durant ce réembarquement improvisé sans procès préalable, on put entendre diverses voix – gersoises ou peut-être dacquoises – s’exclamer « Ah ces jolies bêtes ne seront finalement pas tuées, c’est le plus important ! Ils sont tellement jolis ! ». Déjà stupéfait et plus ou moins énervé par cette annulation, on en vient à penser comme Cabrel en se disant « Est-ce que ce monde est sérieux ? »

- Ah mais ce cartel avec les Escolar Gil et le Fundi c’était une blague en fait ?
- Et oui, on les a fait venir, mais tu croyais peut-être qu’on allait les faire sortir ?

Florent

4 commentaires:

  1. incroyable cette histoire!!! Effectivement, c'est du jamais vu les toros embarqués 1/4 d'heure après l'annonce.
    Tu es sur que c'était pour le Campo ?
    Je me suis abstenu d'y aller, car j'ai eu plusieurs fois par le passé, la désagréable impression de me faire avoir.
    Frédéric

    RépondreSupprimer
  2. Florent,

    Sans deconner c'est le gag taurin de l'année ...t'es sur que les "mecs " d'Aignan avait payé les toros????....nous prennent vraiment pour des cons ,faut bouger ca part en c....e cette temporada.
    Excuses mon langage direct ,mais il y a de quoi!
    Abrazo
    bruno

    RépondreSupprimer
  3. Ils ont senti que la tasse serait chère à casquer, vu l'affluence....
    On efface tout, on rembourse: pauvre public qui court encore ces cirques où les cornes évoquent - DE LOIN - des toros, jusqu'à ce qu'il se rende enfin compte de la supercherie de l'afeitado et des piques assassines.

    RépondreSupprimer
  4. Ce que j'aimerai savoir. Etait ce le llieno que les organisateurs avaient prévu ?
    Si ce n'était pas le cas, cela expliquerait pas mal de choses...
    Frédéric

    RépondreSupprimer