mardi 26 mai 2009

Pas la plage mais Palhas plats


Très décevante cette course de Palha ! Et il n'y a pas grand chose à rajouter. Si ce n'est que le lot portugais était bas de type et pas du tout terrifiant, certains exemplaires portaient même des cornes très douteuses. On était bien loin du lot sauvage envoyé à Bayonne l'an dernier.
Manquant de caste, les Palha ont également fait les frais de tercios de piques médiocres en général. Dans cet exercice, seul le sixième pensionnaire de Folque de Mendoça poussa bien à la première rencontre.
Côté hommes, il y avait Juan José Padilla. Apparaissant sale et peu motivé au paseo, le jerezano reçut une forte voltereta face au premier, ce qui l'empêcha de continuer la lidia. A noter qu'aucune annonce ne fut faite quant à sa blessure jusqu'à l'entrée du sixième taureau... Salvador Cortés a pour sa part touché le meilleur du lot - le troisième - qui donna beaucoup de jeu à la muleta. Hélas, le toreo vertical du sévillan manqua de profondeur et de transmission. Quant à César Girón, il a tué trois taureaux mais les aficionados ont quitté les arènes sans aucun souvenir de ses prestations. Peu inspiré, il réalisa plusieurs molinetes à genoux incompréhensibles sans qu'il n'y ait eu une amorce de faena. En revanche, ce torero qui se présentait en France semble être spécialiste dans un domaine précis : le bajonazo.

Il y avait aussi une non piquée de la famille Tardieu le matin, pas beaucoup plus intéressante que la corrida de l'après-midi. Au menu, un colombien vaillant mais manquant de métier et un nîmois froid et scolaire.

Florent

1 commentaire:

  1. Corrida soporifique en effet, long pensum sous la canicule, la fin fut une délivrance, c'est dire...
    N'oublions pas une présidence à côté de ses pompes...

    RépondreSupprimer