lundi 8 juin 2009

Crochet du droit au cinquième round

L’après-midi suivant la brillante novillada de Flor de Jara, la première corrida formelle de la saison du sud-ouest était proposée dans l’enceinte vicoise. Une première un peu tardive qui aurait normalement dû se faire au mois d’avril à Aignan, avec là aussi des toros de Escolar Gil. Mais plusieurs facteurs conditionnèrent l’annulation de cette dernière affiche.

« Corrida de Toros », le spectacle que l’on a vu ce samedi à Vic méritait bien un tel qualificatif. Cependant, le lot de Escolar Gil n’était pas dans la lignée de ceux de l’an passé. Ce coup-ci, les saltillos ont été âpres et difficiles. Le quatrième d’origine Santa Coloma se démarqua du reste du lot en offrant un grand jeu à la muleta. Il eut les honneurs d’un tour de piste posthume discutable. Mais dans l’ensemble, on eut l’impression de voir une corrida dure et parfois sournoise, à l’image du cinquième toro qui envoya un énorme crochet du droit au visage du peón Agustín Serrano au sortir d'une paire de banderilles. Moment d’effroi, le banderillero faisant les frais d’un coup de corne au menton. Mais les conséquences de cet accrochage auraient pu être bien plus graves.

Un peu comme à Alès la semaine précédente, le chef de lidia Rafaelillo toucha un premier adversaire très compliqué, une difficulté que ne sembla pas mesurer une partie du public vicois qui s’attendait peut-être à une faena standard d’un minimum de cinquante passes.
Le quatrième Escolar Gil était d'un tout autre tonneau, faisant l’avion dans la muleta. Rafaelillo l’affronta avec les moyens qu'on lui connait, en guerrier qu’il est. Le combat atteignit son point culminant lors d'une belle série de naturelles données à ce très bon santacolomeño. Une entière perpendiculaire permit à Rafaelillo d'obtenir une oreille. La présidence accorda aussi un tour de piste à la dépouille de l’Escolar qui fut pourtant discret au premier tiers.
Face au lot le moins évident, Sergio Aguilar assura le minimum. Notamment au second qui manquait de caste. Sergio fit preuve d'un hiératisme et d'un courage qui lui sont habituels. Il abrégea face au cinquième, tardo et difficile.
David Mora complétait l’affiche. Ce matador que l'on avait pu voir à deux reprises l'an passé à Céret sembla hors du coup. Ne respectant pas les décisions du palco au troisième. Il fit assassiner le sixième à la pique et douta ensuite muleta en main. Il quitta la plaza sous les sifflets mais le sourire aux lèvres... On attendait bien mieux de sa part.


Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire