vendredi 5 juin 2009

Le premier anti-taurin de France

Nîmes est peut-être la première arène du monde et du cosmos. Mais ce jeudi 28 mai 2009 vers 19 heures 30, j’ai eu une autre certitude. En levant les yeux au ciel surplombant l’amphithéâtre romain, j’étais sûr d’une chose : Simon Casas est le premier anti-taurin de France.
Et je dis cela ni par polémique ni par provocation. Car je me pose réellement la question suivante : peut-on concilier afición et organisation de tels spectacles ?

Tout d’abord, vous me rétorquerez qu’est-ce que je foutais à cette course de Zalduendo du jeudi 28 mai. Pour faire vite, je vous dirai juste que j’étais bien décidé à y aller de mon plein gré, dans un esprit masochiste avec une optique d’auto-flagellation.

Occis les Miuras de la veille, place était faite aux corridas toreristas pour le reste de la Feria. Des spectacles qui devraient logiquement porter le nom de « corridas de toreros ».
Je ne vais pas m’étendre sur ce qui s’est passé en piste ce jeudi 28 mai car la course n’avait aucun intérêt. Mais j’ai vu six bestioles de Zalduendo sans une once d’agressivité, pourvues d’une effrayante et épouvantable docilité, rendant le spectacle terne. Il y eut peut-être sept oreilles, deux sorties en triomphe par « la porte des consuls », et il y avait peut-être au cartel Julio Aparicio, El Juli (qui en ce jour était davantage « El Roue Libre ») et Sébastien Castella. Mais il y avait surtout sur le sable de l’amphithéâtre romain un spectacle indéfendable.

Alors parfois pour se donner bonne conscience, on se dit que l’on a juste à ignorer et à ne pas aller voir ces courses. Aujourd’hui, j’ai une conviction supplémentaire : la tenue de celles-ci est une insulte à l’afición et au taureau de combat.

Florent

6 commentaires:

  1. Bernard GRANDCHAMP5 juin 2009 à 09:59

    Cher Florent,

    Je te visite ici régulièrement car t'y lis toujours avec plaisir... Alors, qu'es-tu allé te "faire du mauvais sang" (comme on dit chez moi du côté d'Arles) à Nîmes!? (car je sais aussi, par d'indignes révélations publiées depuis sur d'autres blogs, que tu es allé t'en refaire du bon à Vic!)... Bien sûr que de telles "corridas de toreros" sont une insulte à l'aficion et au toro de combat!... Mais, outre que le mot aficion n'appartient à personne - au risque de voir son sens perverti jusqu'au non sens voire au contre-sens, comment empêcher ce genre de "spectacle"?... Tu sais très bien que nous n'y pouvons rien (et qu'au train où vont les rumeurs - et suivant tes propres mots, le sus-nommé Simon pourrait bientôt devenir le "premier anti-taurin d'Espagne - donc du monde" via la gestion à lui confiée des arènes de Madrid!)... A mon sens - et pardon du pessimisme, ne nous reste qu'à préserver - sans nostalgie - les quelques poussières de pour cent restant de toros qui sont encore élevés pour être "de respect", et donc "respectables" et dignes de "corridas de toros"...
    Rendez-vous à Céret?...

    Bien à toi, et merci pour ton blog - Bernard

    RépondreSupprimer
  2. Bernard,
    Florent était à Alès, comme moi. Et comme il est né à Nîmes, il est donc "tombé dans le chaudron" nimois, ce qui fait qu'il y a conservé des attaches. Et comme entre Nîmes et la Rochelle il y a Vic, et qu'il lui fallait attendre samedi, il a choisi la logique .... implacable, profiter de l'attente de Vic et retrouver le cirque romain de son enfance.....
    ....Avec tout ce que cela comporte. Mais c'est déjà un sage, à qui tout profite, et il n'a pas raté l'occasion que les Charentes ne pourront jamais lui offrir.
    Sûr que Casas est le premier anti taurin de France, ce que ses courtisans et tous les profiteurs de la corrida de toreros ne nous pardonnent pas de dénoncer. Mais que nous continuerons de clamer, nous, aficionados de verdad.
    RDV prochain à Céret, Parentis.
    Tarascon, peut-être?

    Un gran saludo a tod-o-a-s
    Pedrito

    RépondreSupprimer
  3. Comme je l'ai déjà dit à Gérald : Simon Casas est la plaie de la tauromachie et El Juli en est l'anticoagulant ! Ces corridas-là sont difficilement justifiables et défendables face aux 'anti', en revanche, lorsque l'on voit les toros de Vic et les piques qu'ils nous offrent ... il n'y a pas à justifier : il suffit de regarder !

    RépondreSupprimer
  4. Y Espla de Puerta Grande!!!
    Un sueno
    Bien le bonjour de celui qu'il y a 3 jours certains ont traité d'escroc...
    En tout on se souviendra de cette tarde de despedida ce soir à Madrid et de cette carrière que certains n'ont en tout cas pas eue!!!

    RépondreSupprimer
  5. Pour Espla,

    Oui je suis heureux que le sort (le sort gratuit du "sorteo") ait permis à Espla de triompher à Madrid pour sa despedida. Et j'ajouterai même que ce hasard "gratuit" du sort me paraît répondre à cette autre "gratuité" du geste qu'il a eu ce lundi dernier à Vic, lorsqu'avant de porter le descabello mortel à son ultime toro en Vic, il a déposé avec précaution sa montera sous le mufle du toro!... Il est vrai qu'Espla a été très incompris, de par sa manière sobre de toréer (voire son "toreo de jambes" - un peu à l'ancienne?...); mais aussi, il a toujours considéré qu'il était "matador de toros" - là pour tuer un toro après l'avoir réduit sinon dominé, et non "maestro capeador" ou "maestro muletero" - là pour faire des passes et après tuer le toro parce qu'il le faut bien... Alors, le qualifier d'escroc, quand on sait le style de toros qu'il s'est le plus souvent "envoyé"!... Non certes qu'il n'ait pas été filou; mais, outre qu'en 33 ans de carrière il est possible de faire parfois flèche de tout bois (et sans en rajouter sur le fait que ceux qui le traitent ainsi ne se sont peut-être jamais mis devant une vachette!), il me semblera toujours - arbitraire de l'aficion-affection qui pardonne tout? - que sa filouterie participait aussi de son intelligence torera qui était grande... Alors, Maestro, "suerte pour l'éternité"! Et, à ceux qui ne t'ont pas compris au point de te traiter d'escroc, "Honni soit qui mal y pense"!

    Bien à vous tous - Bernard

    RépondreSupprimer
  6. Soyons un peu objectifs !
    1. Nîmes n'est pas la seule arène à présenter ce genre de corrida commerciale; c'est le lot de la quasi-totalité des plazas existantes
    2. Le lot de Zalduendo était présenté comme dans n'importe quelle arène de seconde catégorie ( ce qu'est Nîmes selon moi ). Pas de surprise donc.
    3. Les Zalduendo en question se sont révélés faiblotes, fadasses, sans intérêt...comme hélas une grande majorité des toros sortis depuis le début de la temporada des toriles des diverses plazas... A Séville aussi, à Madrid aussi, etc...
    On a donc eu ce que l'on "attendait", pas de tromperie sur le produit.
    Par contre, j'estime avoir été trompé par le lot de Palha alésien, de présentation très médiocre, de comportement très ennuyeux, et j'affirme sans honte m'être infiniment plus ennuyé à Alès qu'à Nîmes. En ayant dépensé 20,50 euros à Nîmes contre 36 à Alès, facteur non négligeable non plus en temps de "crise"...
    Et pour finir, saches Florent que par rapport à celle du lundi de Pentecôte, cette course de Zalduendo était clairement " torista " !!!!! Tu imagines...

    RépondreSupprimer