vendredi 24 juillet 2009

Sergio Aguilar en figurón !

Parfois le matin en me levant, je me prends à rêver d’ouvrir mes volets et d’apercevoir dans la rue, Sergio Aguilar toréer ! De le voir tirer des naturelles de face, en silence, afin de mieux apprécier son temple et son élégance ! Le cadre des arènes de Mont-de-Marsan était certes moins intime le dimanche des Fêtes de la Madeleine, mais le plaisir lui ne fut pas moins intense !
Quant à la course de Fuente Ymbro que l’on vit sortir en ce jour, je désirais prendre du recul par rapport à elle et attendre un peu avant d’en parler. Car lorsqu’on l’évoquera une fois la saison terminée, on se dira probablement que c’était une des meilleures cette année. Une tarde de toros ! Avec des Fuente Ymbro qui ont apporté de l’intérêt, surtout de par leur diversité. On vit des piques, des lidias, des faenas. Une corrida complète avec un lot très digne des lieux !
A la pique, c’est surtout le troisième toro de l’après-midi – âgé de six ans – qui apporta beaucoup d’émotion, en poussant en brave lors de trois rencontres avec le picador. Luis Bolívar eut ensuite des difficultés à affronter ce Toro exigeant et tout de même compliqué au dernier tiers. Le sixième Ymbro était également exigeant mais dans une autre mesure. Face à lui, le colombien affirma son métier et tira de belles séries.
Il y eut donc ces deux toros, loin d’être des bonbons. Il y eut aussi un premier bronco mais loin d’être impossible, et un quatrième, noble mais dévorant le torero régional. Puis il y eut deux toros doux et nobles avec lesquels Sergio livra un véritable récital. Ce type est différent des autres, mais qu’est-ce qu’il est torero dans ses attitudes ! Quelle classe il possède ! C’est peut-être le torero qui marque le plus mon attention depuis quelques années. Il offrit ce dimanche au Plumaçon de magnifiques naturelles, de face bien entendu, de superbes entames de faena, et de grands moments à la cape. Et il sut donner de l’air à ses deux adversaires. On le connaissait vaillant, très courageux, voire suicidaire, et on saura à l’avenir qu’il est également artiste, grand torero et matador de toros de première catégorie. Preuve en est avec les deux grandes estocades qu’il porta et qui firent rouler au sol ses deux Fuente Ymbro. Vraiment : merci Sergio !
Moi qui ai rêvé de le voir toréer depuis ma fenêtre, je dois m’incliner et reconnaître que ce dimanche 19 juillet, Julien Lescarret a eu plus de chance que moi. Il était en effet aux premières loges pour assister à ça !

Florent

(Photo de François Bruschet : Sergio Aguilar à Céret)

1 commentaire: