mardi 27 octobre 2009

Prix symboliques à la temporada 2009

En matière de corridas et de novilladas avec picadors, la temporada française a atteint son terme depuis plus d'un mois. Il est donc l'heure de dresser un bilan concernant cette saison écoulée. C'est ainsi que j'ai décidé de demander à une quinzaine de personnes leur avis concernant ce qui s'est passé dans nos ruedos. Seize personnes au total (provenant de : Aire-sur-l’Adour, Bayonne (2), Beaucaire, Béziers, Bordeaux, Carcassonne, Dax, La Rochelle, Mont-de-Marsan, Montpellier, Nîmes, Perpignan (2), Tarbes et Vic-Fezensac) ont "voté" afin de décerner des prix symboliques et évidemment subjectifs qui semblent toutefois être assez représentatifs. Toutes les "ovations" et tous les "pitos" cités sont mentionnés dans cette sorte de palmarès. En voici le contenu :

Meilleur matador de toros : Sergio Aguilar

Meilleur novillero : Juan del Alamo

Meilleur lot de toros (à égalité et dans trois registres différents) : Manuel Assunçao Coïmbra du 11 juillet à Céret, Fuente Ymbro du 19 juillet à Mont-de-Marsan, Ana Romero du 8 août à Bayonne

Meilleur lot de novillos : “Flor de Jara” du 30 mai à Vic-Fezensac (Mention aux Joaquín Moreno de Silva du 22 août à Carcassonne)

Meilleur toro : “Clavel Blanco” n°38 negro 610 kg (né en septembre 2004) de la ganadería María Luisa Domínguez Pérez de Vargas, combattu par le matador Domingo López-Chaves lors de la corrida-concours d’Arles le 11 septembre

Meilleur novillo : “Diano” n°5 negro entrepelado bragado de la ganadería Joaquín Moreno de Silva, combattu par le novillero Moreno Muñoz le 22 août à Carcassonne

Meilleure faena : Sergio Aguilar face au cinquième Fuente Ymbro le 19 juillet à Mont-de-Marsan

Meilleur tercio de piques : Rafael López pour sa prestation face au toro de Prieto de la Cal lors de la corrida-concours d’Arles

Prix à la placita : Carcassonne


Ovations (dans le désordre) :

- A José Pedro Prados « El Fundi » pour ne jamais avoir baissé les bras dans des moments très difficiles.
- A Luis Francisco Esplá pour l’ensemble de sa carrière.
- A Camarito de Palha combattu lors de la corrida-concours de Vic-Fezensac.
- A Aguardentero de Prieto de la Cal combattu lors de la corrida-concours d’Arles.
- Au novillo Chinchoso de Flor de Jara combattu en quatrième position à Vic-Fezensac.
- Au lot de Dolores Aguirre d’Alès.
- Aux lots de novillos de Joselito à Garlin, Escolar Gil à Saint-Sever, Adolfo Martín à Dax et Baltasar Ibán à Mont-de-Marsan.
- A l’équipe médicale de Carcassonne.
- A la tenue de la corrida-concours d’Arles.
- A l’Association des Aficionados de Parentis pour l’organisation et la tenue de leur novillada-concours.
- Au picador « El Pimpi » pour l’ensemble de sa saison.
- A la famille Yonnet.
- A Alain Bonijol.
- A Saint-Perdon.
- A Orthez et aux arènes qui luttent dans l’optique d’une programmation originale et authentique.
- Aux matadors : Alberto Aguilar, David Mora, Diego Urdiales, Luis Bolívar, Morenito de Aranda, Paco Ureña, Rafaelillo, Raúl Velasco, Sébastien Castella.
- Aux novilleros : “Califa de Aragua”, Daniel Martín, Juan Carlos Rey, Mario Diéguez et Thomas Joubert “Tomasito”.


Pitos (dans le désordre) :

- A Juan Pedro Domecq pour l’ensemble de son œuvre.
- A Simon Casas et à la ville de Nîmes pour l’ensemble de leur œuvre.
- Aux organisateurs de Palavas-les-Flots.
- A Román Pérez pour l’ensemble de son œuvre.
- Au président de l’Observatoire pour ses trop fréquents changements de veste.
- A l’escalafón novilleril composé en trop grande partie de novilleros conformistes et sans personnalité.
- A Ismael González de la cuadrilla de Juan Bautista pour son manque de respect envers le taureau de combat.
- Aux taurinos qui insultent les présidents de courses tentant de faire front au populisme ambiant.
- A Béziers pour sa temporada.
- A Dax pour sa temporada et son originalité toujours plus frappante dans le choix des lots.
- A la famille Leal pour la pantalonnade offerte le jour des Miuras à Carcassonne.
- A Juan José Padilla pour une blessure douteuse qui ne l’empêcha pas de toréer en pleine possession de ses moyens trois jours plus tard.
- A la sous-afición qui se délecte de « parodies de tauromachie ».
- Aux Zalduendos de Nîmes et Mont-de-Marsan.
- A Francisco Javier Sánchez Vara.
- Aux présidences laxistes.
- Au manque de professionnalisme parfois à la limite de l’acceptable.
- A Carlos Guzmán pour sa pléthorique prestation parentissoise.
- A Miguel Angel Perera et à tous les apôtres du « destoreo ».
- A Julio Aparicio pour sa prestation dacquoise.
- A la cabale menée contre Orthez.

6 commentaires:

  1. J'ai oublié aussi l'ovation pour Mme le maire de mont de marsan pour avoir prêté les arènes du plumaçon à nos voisins de st perdon!!!

    RépondreSupprimer
  2. pour ce que j'en ai vu, a good good palmarés.

    ludo

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour la Commission d'Orthez.
    Demain publication des toros 2010.
    Vous risquez d'être satisfaits.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour
    Le sud-est est bien representé dans ces prix .
    Et tu as aussi oublié le pito aux corridas portugaise j'y tiens !! :-)
    Et merci d'avoir rajouté ton oublie pour St Perdon ;-)
    A Bientot !

    RépondreSupprimer
  5. La corrida portugaise à cheval, ce n'est pas de la tauromachie. Voilà pourquoi ça ne figure pas dans le palmarès. CQFD.

    RépondreSupprimer