lundi 8 février 2010

Simon Casas et la politique de l'autruche

Récipiendaire il y a quelques jours de la direction des arènes de Valence, le grand Simon Casas répondait aujourd'hui à diverses questions d'internautes qui lui étaient posées sur le site espagnol Burladero. Je fus alors tenté d'y aller de ma question sans pour autant être certain d'avoir une réponse digne... Et ce fut malheureusement le cas !

Ma question initiale était celle-ci :
"J'aimerais savoir si vous pensez réellement que Nîmes est la première arène de France ? Cela est impossible au vu de la présentation des toros, comme nous avons pu le voir l'an passé avec une "corrida" de Zalduendo imprésentable et avec d'alarmantes carences de caste. Ainsi, Nîmes pourrait être la "Madrid française", mais actuellement on peut la considérer davantage comme la "Benidorm française", n'est-ce pas ? Ou pire encore comme une "Las Vegas française" ! Vous paraît-il sérieux de défendre l'encaste unique plutôt que d'aller vers les originalités ganaderas ?"

Après modification (mais je ne devrais pas me plaindre puisqu'il ne s'agit que d'une censure partielle) la question fut soumise à Simon Casas de cette manière : "J'aimerais savoir si vous pensez réellement que Nîmes est une arène de première catégorie en France. Cela est impossible au vu de la présentation de l'an passé, avec notamment une corrida de Zalduendo mal présentée. Vous paraît-il sérieux de défendre l'encaste unique plutôt que d'aller vers les originalités ganaderas ?"

Enfin, c'est ainsi que l'empresario-empereur répondit :
"On ne peut pas découvrir d'originalités ganaderas, il faut compter sur ce que nous avons déjà. Nîmes est une arène de première comme l'indique le règlement taurin, plus de quinze spectacles annuels dans une capitale de province."

Simon Casas répondit à d'autres questions relatives à l'audiovisuel en tauromachie, au libéralisme économique dans celle-ci, aux présences des "figuras" dans les prochaines ferias et que sais-je encore... En tout cas, il est certain qu'il restera encore longtemps sur son trône de "premier anti-taurin de France". Merci Monsieur Casas, votre argumentaire m'a vraiment séduit.

Florent

(Este artículo está traducido en castellano en la rúbrica "commentaires")

1 commentaire:

  1. Recién ganador de la adjudicación de la plaza de Valencia, el gran Simon Casas contestaba hoy a varias preguntas de aficionados en la web de "burladero.com". Así, yo también fui con una pregunta sin estar seguro de que haya una respuesta digna. Fue desgraciadamente el caso !

    Mi pregunta inicial era :
    "Me gustaría saber si usted opina realmente que Nîmes es la primera plaza de Francia ? Eso es imposible al nivel de la presentación de los toros, como pudimos verlo el año pasado con una "corrida" de Zalduendo terciada y además con alarmantes carencias de casta. Así, Nîmes podría ser la "Madrid francesa", pero actuelmente se pudiera considerar que es más una "Benidorm francesa" no ? O peor como una "Las Vegas francesa" ! Le parece serio defender el monoencaste en vez de descubrir originalidades ganaderas ?"

    Después de una modificación, la pregunta fue publicada así :
    "Me gustaría saber si usted opina realmente que Nîmes es plaza de primera en Francia. Eso es imposible a nivel de la presentación del año pasado, con una corrida de Zalduendo muy terciada. ¿Le parece serio defender el monoencaste en vez de descubrir originalidades ganaderas?"

    Y por fin, la respuesta del empresario-emperador : "No se pueden descubrir originalidades ganaderas, hay que contar lo que hay. Nîmes es plaza de primera, según marca el reglamento taurino, más de quince espectáculos anuales y capital de provincia."

    Simon Casas contestó a otras preguntas sobre la televisión en los toros, el liberalismo económico en los toros, o sobre la presencia de las "figuras" en las próximas ferias... Pero lo que es seguro, es que quedará mucho tiempo en su trono de "primer anti-taurino de Francia". Gracias Señor Casas, su argumentario me ha convencido mucho...

    Florent

    RépondreSupprimer