lundi 8 mars 2010

Juan Luis Rivas hijo, l'homme qui piqua Clavel Blanco...

Après la corrida-concours du 11 septembre dernier à Arles, on aurait pu imaginer le jeune picador Juan Luis Rivas quelques décennies plus tard, raconter à ses petits-enfants le magnifique combat qu'il avait mené face au toro Clavel Blanco de María Luisa Domínguez Pérez de Vargas. Il leur aurait dit que ce jour-là, il avait affronté une montagne de bravoure, de caste, de fiereza et de puissance tout en revoyant les quelques clichés qu'il aurait gardé. Malgré son peu d'expérience, c'est avec fierté qu'il aurait décrit ce moment si marquant dans une carrière, car un tel toro, cela ne s'oublie pas.
Malheureusement il n'en sera point, car Juan Luis Rivas est parti ce mercredi 3 mars à l'âge de vingt-et-un ans, victime d'un accident de la route. Il rentrait d'une corrida annulée à Calahorra (La Rioja), où il devait officier aux ordres d'Eduardo Gallo. Dans la cuadrilla du matador de Salamanque, il remplaçait son père – Juan Luis Rivas padre – depuis le mois de juin dernier. Son père qui, après une corrida à Las Ventas avec Eduardo Gallo, décida de solder ses comptes et fut retrouvé sans vie dans sa finca. Une bien triste histoire pour cette famille de picadors du Campo Charro. Juan Luis Rivas junior piquait en plus de cela pour d'autres toreros de Salamanque, comme pour Domingo López-Chaves à Arles l'an dernier. On retiendra de sa courte carrière cette prestation face à ce fabuleux toro de María Luisa, ce jeune a été le seul homme en piste à pouvoir mesurer la force pure de l'un des plus grands toros de la décennie. Compte tenu de sa faible expérience et de ses vingt ans, il a tout de même été remarquable ce jour-là, en montrant que certains étaient capables d'assurer la relève du métier de picador. Mais tout s'est arrêté un soir d'hiver sur une route peu éclairée du Campo Charro...

Descanse en paz.

Florent


(Photo de Anthony P. : Juan Luis Rivas à Arles)

2 commentaires:

  1. Merci à toi, Florent, je n'avais pas fait le lien, je n'étais pas à Arles pour y découvrir la rencontre entre JUAN LUIS RIVAS, piquero d'exception, et CLAVEL BLANCO, toro exceptionnel.
    Bravo pour cet hommage mérité d'un joven aficionado talentueux à un autre joven aficionado valeroso, mais trop malchanceux, lui.
    Abrazo

    RépondreSupprimer
  2. Florent,

    Merci pour cet hommage grandement mérité: j'étais à Arles ce jour-là!...

    Suerte pur l'éternité - Bernard

    RépondreSupprimer