jeudi 29 juillet 2010

Consternation

Qu'ils s'embrassent, qu'ils s'aiment, qu'ils se congratulent, qu'on les surprenne en plein coït public... Vous penserez peut-être que le pronom "ils" s'applique seulement à ceux ou celles qui ont le désir d'en finir avec la tauromachie. Mais pas seulement, car la liste est interminable. Vous aussi, vous avez peut-être envie de vous élever contre cette mascarade planétaire qui vous afflige, vous répugne, et vous laisse seuls avec votre dégoût, votre amertume et votre tristesse. Les contresens auxquels vous assistez tous les jours vous provoquent un mal-être intérieur et vous aimeriez bien vous exprimer contre tous ces déboires. Mais ne vous inquiétez pas car vous possédez au moins un droit face à cela, celui de fermer votre gueule. Bientôt, votre seule possibilité vitale sera de rester assis sur une chaise, vêtu d'une camisole, à regarder en boucle les documentaires de Yann Arthus Bertrand tout en vous abreuvant de soupes lyophilisées à base de gazon synthétique.

Aujourd'hui, j'ai peur, j'ai mal et j'ai honte d'être le contemporain d'une époque où l'on vous balance en pleine figure à l'aide de l'audiovisuel tant d'inepties et de vulgarités. Ces sociétés sont des parangons de médiocrité où il reste cependant quelques portes ouvertes au rêve, à la passion et à l'émerveillement malgré les menaces sur les minorités. Si tu n'es pas majoritaire, alors tu seras condamné à crever. Mais parmi les rêves, il y en a un qui existe encore pour certains êtres de chair, et s'appelle la tauromachie. Selon les personnes, cela peut-être un simple passe-temps, une passion, voire l'amour d'une vie pour les plus ravagés d'entre nous. Emerveillés devant la splendeur du taureau de combat, nous lui vouons un véritable culte, et nous ne nous lassons pas de pouvoir encore admirer sa puissance et sa combativité. Elevé au rang de mythe, il meurt dans l'arène en tant que combattant et dans le respect absolu. Et chacun sait que quiconque manquera de respect au taureau de combat en piste subira les foudres des plus passionnés. L'univers taurin lui aussi est loin d'être beau, mais il existe encore en son sein une part de rêve non négligeable. Voir ce taureau fier combattre face à l'homme nous permet de nous évader, et justement de pouvoir oublier le monde extérieur, celui qui avance à reculons.

Florent

3 commentaires:

  1. Un seul Clavel-Blanco pour tous ces illuminés-moralistes-politicards et la société sous vide et aseptisée qu'ils nous préparent.
    manolo

    RépondreSupprimer
  2. Moi je suis catalan et j'aime la corrida et je la defend, ces gens la ce sont des catalanistes et pas des catalans.
    Le catalan et censé etre fier de sa culture,de ces tradition,ceux que Franco a fait a la catalogne ces gens la sont entre de le reproduire,sous pretexte d'une indepance qui n'a pas lieux d'exister.
    Quand a nos amis les protecteur des animaux,vous penser avoir gagner une bataille,mais la realité ces que les trois quart des voix qui ont debouché a ce resultat,n'ont que faire du sort des toros il voulait juste leur indepance,maintenant il vont ce pencher sur autre chose qui les hipaniseet sa ne les empechera pas de temps a autre d'allez a valencia voir des corridas.
    Quand au aficionados il vous diron que sous l'aire franco on allez au pute a perpignan et maintenant on ira au toros a ceret.

    RépondreSupprimer
  3. Vuelta para Cuidadoso !!!!!!

    RépondreSupprimer