jeudi 22 juillet 2010

Vidange montoise

Chiclanero n°75 negro listón (né en août 2004) de la ganadería José Vázquez (origine Domecq) était déjà sobrero à Nîmes le mercredi 27 mai 2009, lors d'une corrida de Miura où figuraient au cartel Juan José Padilla, "Rafaelillo" et Juan Bautista. Il est finalement sorti en piste pour Julien Lescarret le 16 juillet dernier à Mont-de-Marsan, où le torero landais partageait l'affiche avec Juan José Padilla et "Rafaelillo" lors d'une autre corrida de Miura. Chiclanero fut invalide et s'allongea à plusieurs reprises sur le ruedo montois. Même empresa, mêmes carteles, mêmes toreros, mêmes élevages, mêmes sobreros... Tout cela est d'une grande originalité. La corrida de Miura de Mont-de-Marsan a bien souvent été invalide, faible et mal présentée, seuls un ou deux toros ont tenu debout. Et seul Rafaelillo a donné de l'intérêt à cette course, avec peut-être également le premier toro de l'après-midi à la pique. Cette course du fer de Zahariche fut très loin du bon niveau montré par le lot de Miura du mois d'avril à Arles, où là encore Rafaelillo avait été en verve.

Rien à dire en revanche sur la corrida de Garcigrande indigne des exigences que devrait avoir une arène comme Mont-de-Marsan. Le dimanche, la corrida de Fuente Ymbro était quant à elle bien présentée mais elle fut moins étincelante que celle de l'an passé dans les mêmes lieux. Sergio Aguilar a toréé dans les canons sans récompense, Bolívar est apparu maître des distances dans tous les sens du terme, laissant respirer son premier adversaire en le citant de loin tout en toréant avec le pico à un mètre cinquante de lui. Arturo Macías fut courageux, tout en restant vert et avec une technique faiblissime.

L'étape montoise s'est arrêtée là pour moi. Il paraît qu'il y eut une corrida mixte le lendemain avec des toros de El Pilar (origine Domecq), du moins c'est ainsi qu'ils étaient annoncés. En réalité, ils étaient porteurs du fer de Moisés Fraile (même maison mais encaste Atanasio-Lisardo Sánchez). Le fait de ne pas l'annoncer montre l'attachement des organisateurs pour le toro. Lorsque l'on base une feria uniquement sur des hommes, il ne faut pas ensuite s'étonner d'un possible fracaso et essayer de se sauver avec le traditionnel et terriblement énervant "les toros n'ont pas servi, ils devaient avoir un problème, peut-être la pluie, l'alimentation, la boue..."

Florent

(Photo de Dadou : "Chiclanero" de José Vázquez)

6 commentaires:

  1. Collaborateur de la revue "Semana Grande" avec un discours bien plus "politiquement correct", un grand sourire à l'objectif d'André Viard alors que la lidia garlinoise se déroule à l'opposé (les regards des autres spectateurs en témoignent)... Que se passe-t-il ?

    RépondreSupprimer
  2. Non mais sans déconner vous êtes qui pour dire ça ? La photo de Garlin je viens de la voir à l'instant et je ne sais pas quel est le message qu'elle devrait véhiculer, et je dois vous avouer que cela me dérange d'être sur la galerie photo de AV. Pour ce que j'écris ailleurs, je ne pense pas avoir une ligne de conduite différente.

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai quelle est pas mal cette photo juste au moment ou tu regarde ailleur,il y a dut en avoir quelque uns vu la pathetique novillada mono piqué.

    RépondreSupprimer
  4. L'anonyme n'a pas faux Flo ; c'est l'impression que ça donne.

    Entre nous, je pense plus, vu la visée de la la photo, que l'assesseur "Desgarbado" était le but de la photo.

    RépondreSupprimer
  5. Flo!!! tu es un serpent qui se mort la queue!!!!!!!! lol... jeune Prophète de notre Sainteté AV...
    Soit dit en passant, on a decouvert un grand péon dimanche dernier avec les Fuente Ymbro en la personne de Sergio Aguilar!!! Il nous a gratifié de trés belles bregas!!!!

    RépondreSupprimer
  6. c'est vrai, j'approuve tout à fait les commentaires de la PDC ( Police Des Callejons)sur le fait que sourire et ne pas regarder à tout instant le redondel est une attitude provocatrice et complice de la mafia taurine à bannir voire à proscrire.heil !

    ali lodelpiton

    RépondreSupprimer