mardi 14 septembre 2010

Goyesque ou Grotesque ?

Je voyais la scène d'assez loin depuis une rue adjacente. C'était une heure avant le paseo, quand ils se sont regroupés sur le parvis des arènes d'Arles afin de "défendre la tauromachie". Quatre heures après, on venait d'assister au paroxysme de la corrida commerciale. Une corrida historique paraît-il ! Exceptionnelle ! Dix oreilles, c'est vraiment magnifique ! Comme plusieurs fois par an, je vais voir ce type de courses sans aucune attente, juste pour me conforter dans ma position vis-à-vis de la corrida.
Ce samedi, le mayoral de l'élevage de Daniel Ruíz est sorti en triomphe avec El Juli et Bautista. Pourtant, les animaux issus de cet élevage sortis en piste n'avaient rien en commun avec l'appellation "taureau de combat". Ils étaient nobles, dociles et sans aucun vice, certains étaient faibles, et aucun d'entre eux n'inspirait à la beauté du taureau de combat. Dire que certains éleveurs français sont à la recherche de ce type d'animal pour en faire une activité lucrative, cela fait mal au coeur. Dans tous les cas, l'élevage de Daniel Ruíz a depuis longtemps fait le choix entre l'afición et l'argent.
Rien d'historique ce samedi à Arles, simplement une corrida commerciale à la couverture goyesque sur un revêtement ensablé teint de bleu et de noir. Nous étions le 11 septembre. Un an auparavant, nous étions beaucoup moins à assister à la corrida-concours qui vît l'extraordinaire histoire de Clavel Blanco. Trapío, caste, poder, bravoure, puissance... C'est tout de même mieux que anovillado, sospechoso de pitones, soso y flojo.
Samedi à l'issue de cette foire aux oreilles, je me suis dit qu'il manquait le clou du spectacle à ce type de course, à savoir la grâce de l'un des "ersatz de taureau de combat" présentés en piste. Et puis je me suis demandé si tous les gens qui s'étaient rassemblés devant les arènes une heure avant le paseo se reconnaissaient en tant qu'aficionados au travers du spectacle goyesque qui leur fut proposé. Si c'est le cas, c'est grave.
Et puis j'ai repensé à Clavel Blanco, à Camarito, à Diano, à Mimoso, à Espiao et aux autres. Le ciel était bleu, tout allait mieux, ils m'avaient servi d'antidépresseurs.

Florent

4 commentaires:

  1. Qu'est-ce que cette horreur?! "Sospechoso de pitones", au vu de sa gueule, c'est sûr.
    Le règlement devrait interdire d'acheter ce genre de bestioles, ça passerait le besoin d'en élever.

    RépondreSupprimer
  2. un peu comme si après une table ronde sur les dangers de l'obésité on nous servait un big mac. honteux. au moins les zantisq avec leur tee-shirt corrida non merci sont en adéquation avec les actes publics qu'ils organisent (même si la partie qu'ils jouent est plus facile et que los toros sont un pari un peu plus pascalien, mais de là à s'armer d'une pétoire avec un canon recourbé vers nos propres entrailles...).
    cordialement.

    ludo

    RépondreSupprimer
  3. Qu'es tu allé te perdre en Arles ?
    Le lendemain, tu avais la meme course à Dax!!!cela t'aurait fait moins loin.
    Amicalement.
    Frédéric.

    RépondreSupprimer