mardi 26 octobre 2010

Estampes

C'est par ce terme, pas si banal que ça dans la vie de tous les jours, qu'on a l'habitude de désigner les toros qui en imposent le plus, de par leur trapío, leur taille, leurs amures. Une estampe, c'est un ensemble harmonieux, un taureau de combat dans toute sa splendeur, celui pour lequel on est là, sur les gradins.
Le 16 octobre dernier à Saragosse, "Nerviosillo", premier toro de Partido de Resina de l'après-midi, donna cette impression. Agé de six ans à un mois près, imposant, charpenté, cornalón, il était magnifique. Il y avait comme une grande illusion quand il galopa dans tous les sens à son entrée en piste. Puis à la pique, il fut discret, avant de démontrer de nouveau son poder lors du deuxième tiers. Raccompagnant aux tablas Juan José Padilla après chaque paire, et semant la panique. Ensuite, peu de choses, à l'image de ce que fut cette course. Agés de six ans, la majorité des Pablo Romero ont plié au moins une fois les "mains" après la première pique. Manque de forces, mais également de caste. Pourtant, il y eut des signes positifs lors de cette course, laissant présager la récupération de cet élevage presque enterré au début des années 2000, et dont tout le monde s'accordait à dire qu'il appartenait au passé. Paraît-il que cette année, à Madrid, les Pablo Romero ont été d'une très bonne tenue lors de la corrida du 25 avril. N'ayant pas vu cette corrida là, il semble difficile de donner un avis, même si tous les présents s'accordent à dire que cela a été un succès. Tant mieux, car en alliant à leurs magnifiques plumages un ramage encasté, fier et plein de poder, les Pablo Romero pourraient de nouveau faire des étincelles, et revenir au premier plan.

Florent

(Photo du site officiel de Las Ventas : "Impulsivo", cinqueño de Partido de Resina combattu en deuxième position le 25 avril dernier)

mercredi 13 octobre 2010

Prix symboliques à la temporada 2010

Sur les mêmes principes que l'an dernier, quatorze personnes ont donné leur avis sur la saison française écoulée. Comme vous le remarquerez, Céret occupe une place conséquente dans ce "palmarès". Et au vu de ce qui s'y est passé, tout cela est fort logique. Voici le contenu de ce "palmarès" 2010 :

Meilleur lot de toros : José Escolar Gil du 11 juillet à Céret (Mention à la corrida de Dolores Aguirre du 25 juillet à Orthez)

Meilleur lot de novillos : Joaquín Moreno de Silva du 8 août à Parentis-en-Born et El Tajo du 18 avril à Garlin

Meilleur matador de toros : Desierto (Mentions à Rafael Rubio "Rafaelillo", Sergio Aguilar et Alberto Aguilar)

Meilleur novillero : Desierto (Mention à Mario Alcalde)

Meilleur toro : "Cuidadoso", cinquième toro de José Escolar Gil combattu à Céret le 11 juillet

Meilleur novillo : "Oye Mucho", sixième novillo de Fidel San Román combattu à Céret le 11 juillet et "Oracundo", quatrième novillo de El Tajo combattu à Garlin le 18 avril

Meilleur tercio de piques : "Espiao", premier toro de Coïmbra combattu le 10 juillet à Céret, picador : Juan José Esquivel

OVATIONS :
- A Céret, son association, ses areneros...
- A Parentis
- Aux picadors Juan Luis Rivas hijo et Luis Antonio Vallejo "El Pimpi" malheureusement disparus cette année
- A la corrida d'Alcurrucén du 6 août à Bayonne
- A la tenue et au déroulement de la novillada de Javier Gallego (encaste Veragua) à Céret le 10 juillet, avec les novilleros Sergio Flores et Mario Alcalde
- A la tenue d'une novillada d'encaste Coquilla à Roquefort-des-Landes
- A Rafaelillo pour son combat face au cinquième Miura d'Arles le 4 avril
- A "Fosforito" de Pagès-Mailhan combattu lors de la corrida-concours du mois d'août à Vic-Fezensac
- A la corrida de Prieto de la Cal combattue à Saint-Martin-de-Crau le 25 avril
- Aux banderilleros Domingo Navarro et Manolo Linejo
- Aux présidences de Céret et d'Orthez

PITOS :
- Aux bénéficiaires, complices et défenseurs de la corrida commerciale (organisateurs, ganaderos, toreros, mais également "critiques" et photographes taurins)
- A Aignan pour son indigne lot de Rehuelga
- A Carcassonne pour son changement de cap

dimanche 10 octobre 2010

La supercherie des analyses

En me baladant ce matin sur la blogosphère taurine, j'ai découvert sur le blog de Velonero les résultats des analyses de saisies de cornes pour la saison 2009. En effet, les résultats ont été publiés par l'Union des Villes Taurines de France le 8 septembre 2010, soit presque un an après la fin de la temporada 2009 !
Aussi, on peut émettre diverses réserves quant à ces analyses, car elles ne représentent qu'une minorité des toros combattus sur le sol français, et l'on ne sait pas par qui ont été combattus les toros concernés, simplement identifiés par leurs numéros dans les analyses. Pendant deux heures et des poussières, votre serviteur a tenté de compléter ces analyses en ciblant les toros concernés par ces résultats. Et la première chose que l'on peut dire est qu'il est impossible de trouver un critère représentatif dans ces analyses.
En 2009, 68 corridas ont eu lieu en France. L'UVTF a fait des analyses sur 29 d'entre elles, et l'Association des Aficionados Cérétans (à sa seule initiative) sur deux d'entre elles. Ce qui nous fait moins de la moitié des corridas françaises analysées. En plus de cela, seuls deux toros ont subi une expertise à chaque corrida en question. Voilà pourquoi tout cela n'est pas représentatif.
Pour démontrer un seul exemple, on peut se fier à la corrida de Hoyo de la Gitana du 17 août 2009 à Dax où les deux toros examinés ont été déclarés intacts. Pourtant si les souvenirs sont bons, d'autres toros combattus ce jour-là avaient été fortement protestés (l'un étant même changé) pour leurs armures. La seule chose qui se dégage réellement de ces résultats pour la saison 2009, c'est bien évidemment en ce qui concerne l'élevage de Miura... Pour le reste, tout est plutôt vague.

SAISON 2009 EN FRANCE

Corrida de Pagès-Mailhan du Dimanche 29 mars à Vergèze (pas d'analyses, ville ne faisant pas partie de l'UVTF)

Corrida de Domingo Hernández du Vendredi 10 avril à Arles :
Quatrième toro. "Pepinero" n°91 negro 500 kg (né en janvier 2005) combattu par Sébastien Castella (une oreille) (Pas de perte de substance)
Cinquième toro. "Treinta y nueve" n°120 negro 530 kg (né en janvier 2005) combattu par Juan Bautista (silence) (Pas de perte de substance)

Corrida de Miura du Dimanche 12 avril à Arles :
Premier toro. "Gorrero" n°40 castaño bragado 680 kg (né en janvier 2004) combattu par Juan José Padilla (ovation) (Perte de substance sur deux cornes)
Deuxième toro. "Bienmirado" n°66 castaño bragado 620 kg (né en décembre 2003) combattu par Rafaelillo (ovation après deux avis) (Perte de substance sur deux cornes)

Corrida de Victorino Martín du Lundi 13 avril à Arles :
Premier toro. "Pellero" n°103 cárdeno bragado 520 kg (né en décembre 2003) combattu par Antonio Ferrera (ovation) (Pas de perte de substance)
Deuxième toro. "Muchamiel" n°150 negro entrepelado 510 kg (né en avril 2004) combattu par "El Cid" (silence) (Pas de perte de substance)

Corrida de Juan Pedro Domecq du Samedi 1er mai à Palavas (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Santiago Domecq du Samedi 8 mai à Palavas (pas d'analyses, arènes classée en troisième catégorie par l'UVTF)

Corrida de Dolores Aguirre du Samedi 23 mai à Alès (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Palha du Dimanche 24 mai à Alès (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)

Corrida de Miura du Mercredi 27 mai à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida de Zalduendo du Jeudi 28 mai à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida de Garcigrande du Vendredi 29 mai à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida mixte de Parladé du Samedi 30 mai (matin) à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida de Jandilla et Vegahermosa du Samedi 30 mai (après-midi) à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF – sont toutefois à noter les choses suivantes quant au premier toro de l'après-midi pour "El Juli" : "Espartero" n°21 negro chorreado 460 kg (né en juin 2005), la course ayant lieu au mois de mai 2009...)

Corrida de José Escolar Gil du Samedi 30 mai à Vic-Fezensac :
Premier toro. "Chulito" n°60 negro entrepelado bragado (né en février 2005) combattu par Rafaelillo (division d'opinions) (Pas de perte de substance)
Troisième toro. "Vinatero" n°28 cárdeno bragado (né en octobre 2004) combattu par David Mora (sifflets après deux avis) (Pas de perte de substance)

Corrida-concours du Dimanche 31 mai (matin) à Vic-Fezensac (corrida-concours, donc pas d'analyses)
Corrida de Robert Margé du Dimanche 31 mai à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)

Corrida de Fidel San Román du Dimanche 31 mai à Vic-Fezensac :
Premier toro. "Forastero" n°36 negro (né en novembre 2003) combattu par Diego Urdiales (ovation après avis) (Pas de perte de substance)
Troisième toro. "Zapito" n°5 negro (né en octobre 2003) combattu par Mehdi Savalli (silence) (Perte de substance sur une corne)

Corrida de Domingo Hernández et Garcigrande du Lundi 1er juin à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)

Corrida de La Quinta du Lundi 1er juin à Vic-Fezensac :
Premier toro. "Golfino" n°40 cárdeno bragado (né en octobre 2004) combattu par Luis Francisco Esplá (applaudissements) (Pas de perte de substance)
Deuxième toro. "Soguerito" n°71 cárdeno claro bragado (né en octobre 2004) combattu par Rafaelillo (ovation après avis) (Pas de perte de substance)

Corrida d'Aimé Gallon du Dimanche 14 juin à Mauguio (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Miura du Vendredi 19 juin à Istres (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Torrehandilla du Samedi 20 juin à Istres (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Adelaída Rodríguez du Samedi 20 juin à La Brède (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Baltasar Ibán du Dimanche 21 juin à Aire-sur-l'Adour (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de José Escolar Gil du Dimanche 21 juin à Istres (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida du Scamandre du Samedi 4 juillet à Saint-Gilles (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Domingo Hernández et Garcigrande du Dimanche 5 juillet à Eauze (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)

Corrida de Coïmbra du Samedi 11 juillet à Céret (arène classée en deuxième catégorie par l'UVTF, analyses à l'initiative de l'ADAC)
Premier toro. "Rendado" n°11 negro mulato meano listón 530 kg (né en février 2005) combattu par Frascuelo (applaudissements) (Perte de substance sur une corne)
Deuxième toro. "Desprotegido" n°14 negro 530 kg (né en février 2005) combattu par Fernando Cruz (silence après avis) (Perte de substance sur une corne)

Corrida de Celestino Cuadri du Dimanche 12 juillet à Céret (arène classée en deuxième catégorie par l'UVTF, analyses à l'initiative de l'ADAC)
Premier toro. "Podador" n°23 negro 590 kg (né en février 2005) combattu par Fernando Robleño (silence) (Pas de perte de substance)
Troisième toro. "Sombrillo" n°36 negro 620 kg (né en février 2005) combattu par David Mora (ovation après avis) (Perte de substance sur une corne)

Corrida d'Hubert Yonnet du Vendredi 17 juillet à Lunel (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)

Corrida de La Quinta du Vendredi 17 juillet à Mont-de-Marsan :
Quatrième toro. "Polluelo" n°6 cárdeno bragado (né en février 2005) combattu par El Fundi (silence) (Pas de perte de substance)
n°719 (Pas de perte de substance) (Aucun toro ne portait le numéro 719 lors de cette course)

Corrida de Victoriano del Río et Toros de Cortés du Samedi 18 juillet à Mont-de-Marsan :
Deuxième toro (fer de Cortés). "Jarretero" n°145 negro (né en septembre 2004) combattu par Sébastien Castella (une oreille) (Pas de perte de substance)
Troisième toro (fer de Victoriano del Río). "Barbazul" n°4 negro (né en octobre 2004) combattu par José María Manzanares (silence) (Perte de substance sur une corne)

Corrida de Los Bayones et Abilio Hernández du Dimanche 19 juillet à Châteaurenard (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)

Corrida de Fuente Ymbro du Dimanche 19 juillet à Mont-de-Marsan :
Deuxième toro. "Libertador" n°201 negro bragado (né en mars 2005) combattu par Sergio Aguilar (une oreille) (Perte de substance sur deux cornes)
Quatrième toro. "Hurón" n°88 negro listón (né en septembre 2004) combattu par Julien Lescarret (ovation) (Pas de perte de substance)

Corrida de Samuel Flores et Manuela Agustina López Flores du Lundi 20 juillet à Mont-de-Marsan :
Troisième toro (fer de Manuela Agustina López Flores). "Peina Grandes" n°13 negro (né en août 2003) combattu par Salvador Vega (ovation après avis) (Pas de perte de substance)
Quatrième toro (fer de Manuela Agustina López Flores). "Canario" n°2 negro (né en août 2003) combattu par Enrique Ponce (deux oreilles après avis) (Perte de substance sur deux cornes)

Corrida de Zalduendo du Mardi 21 juillet à Mont-de-Marsan :
Deuxième toro. "Osadía" n°1 negro (né en octobre 2004) combattu par Miguel Angel Perera (silence) (Pas de perte de substance)
Quatrième toro. "Jinete" n°160 negro (né en avril 2005) combattu par El Juli (silence) (Perte de substance sur une corne)

Corrida de Palha du Samedi 25 juillet à Beaucaire (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Victorino Martín du Dimanche 26 juillet à Beaucaire (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de Adolfo Rodríguez Montesinos du Dimanche 26 juillet à Orthez (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)
Corrida de La Campana du Dimanche 26 juillet à Saint-Vincent-de-Tyrosse (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)

Corrida de El Pilar du Vendredi 7 août à Bayonne :
Deuxième toro. "Campanero" n°125 negro chorreado listón 537 kg (né en janvier 2005) combattu par José Tomás (ovation) (Pas de perte de substance)
Cinquième toro. "Sombrero" n°166 castaño 544 kg (né en octobre 2004) combattu par José Tomás (une oreille après deux avis) (Perte de substance sur deux cornes)

Corrida de l'Astarac (propriété de Jean-Louis Darré) du Vendredi 7 août à Vic-Fezensac :
Troisième toro. "Bonito" n°92 negro (né en avril 2005) combattu par Fernando Cruz (silence) (Perte de substance sur une corne)
Quatrième toro. "Gers" n°88 negro (né en avril 2005) combattu par Francisco Javier Sánchez Vara (bronca après avis) (Perte de substance sur deux cornes)

Corrida de Ana Romero du Samedi 8 août à Bayonne :
Deuxième toro. "Cortito" n°31 cárdeno salpicado 528 kg (né en janvier 2005) combattu par Sergio Aguilar (une oreille) (Pas de perte de substance)
Troisième toro. "Corchaíto" n°14 cárdeno claro 527 kg (né en décembre 2004) combattu par Luis Bolívar (une oreille) (Pas de perte de substance)

Corrida d'Aimé Gallon et d'Antonio Palla du Samedi 8 août aux Saintes-Maries-de-la-Mer (pas d'analyses, arène classée en troisième catégorie par l'UVTF)

Corrida de Miura du Dimanche 9 août à Bayonne :
Quatrième toro. "Dativo" n°36 cárdeno 605 kg (né en janvier 2005) combattu par El Fundi (applaudissements après deux avis) (Pas de perte de substance)
Cinquième toro. "Bravio" n°29 cárdeno 584 kg (né en décembre 2004) combattu par Javier Valverde (deux oreilles) (Perte de substance sur une corne)

Corrida de Santiago Domecq Bohórquez (quatre toros) et Ana María Bohórquez (deux toros) du Jeudi 13 août à Béziers (pas d'analyses, l'UVTF expliquant que les toros tirés au sort provenaient de deux fers différents, pourtant issus de la même maison. Des analyses malgré la présence de deux fers différents dans une affiche ont pourtant été récurrentes durant cette saison 2009. Dans son communiqué du 8 septembre 2010, l'UVTF désigne le nom de Salvador Domecq pour cette corrida du 13 août 2009 à Béziers, alors que l'élevage était celui de Santiago Domecq)

Corrida de Antonio Bañuelos du Jeudi 13 août à Dax :
Premier toro. "Lucero" n°66 negro 516 kg (né en mai 2005) combattu par Uceda Leal (silence) (Pas de perte de substance)
Deuxième toro. "Mecanico" n°23 negro 502 kg (né en mars 2005) combattu par Juan Bautista (silence) (Pas de perte de substance)

Corrida de Robert Margé du Vendredi 14 août à Béziers :
Quatrième toro. n°28 colorado 540 kg (né en mai 2005) combattu par Sébastien Castella (ovation après deux avis) (Pas de perte de substance)
Sixième toro. n°100 castaño bragado meano ojinegro 505 kg (né en avril 2005) combattu par Sébastien Castella (une oreille)(Pas de perte de substance)

Corrida de Daniel Ruíz du Vendredi 14 août à Dax :
Premier toro. "Artesano" n°14 castaño 504 kg (né en février 2005) combattu par Enrique Ponce (ovation) (Pas de perte de substance)
Deuxième toro. "Sudanés" n°37 chorreado en verdugo listón 520 kg (né en novembre 2004) combattu par El Juli (deux oreilles) (Pas de perte de substance)

Corrida de Antonio Bañuelos du Samedi 15 août à Bayonne :
Deuxième toro. "Señorito" n°88 negro listón 532 kg (né en mai 2005) combattu par José María Manzanares (applaudissements) (Pas de perte de substance)
Troisième toro. "Atornadillo" n°85 negro listón 496 kg (né en avril 2005) combattu par Miguel Tendero (une oreille) (Pas de perte de substance)

Corrida de Valdefresno du Samedi 15 août à Béziers :
Premier toro. "Marqués" n°135 tostado 560 kg (né en janvier 2005) combattu par César Jiménez (silence après avis) (Pas de perte de substance)
Sixième toro. "Buscador" n°144 negro 570 kg (né en février 2005) combattu par Mehdi Savalli (une oreille après avis) (Perte de substance sur une corne)

Corrida de Los Bayones et Abilio Hernández du Samedi 15 août à Dax :
Deuxième toro (fer de Los Bayones). "Marismeño" n°51 negro 518 kg (né en mai 2005) combattu par Sergio Aguilar (silence) (Perte de substance sur une corne)
Quatrième toro (fer de Abilio Hernández). "Cuba" n°116 negro 546 kg (né en mai 2005) combattu par Iván Vicente (silence après avis) (Pas de perte de substance)

Corrida de Miura du Dimanche 16 août à Béziers :
Troisième toro. "Gorrero" n°73 negro bragado meano corrido 603 kg (né en janvier 2005) combattu par Julien Lescarret (une oreille) (Perte de substance sur deux cornes)
Quatrième toro. "Despencero" n°14 colorado salpicado 586 kg (né en décembre 2004) combattu par Juan José Padilla (deux oreilles après avis) (Pas de perte de substance)

Corrida de El Pilar et Moisés Fraile du Dimanche 16 août à Dax :
Quatrième toro (fer de El Pilar). "Bellotino" n°116 negro bragado meano corrido listón 528 kg (né en décembre 2004) combattu par Julio Aparicio (bronca) (Perte de substance sur une corne)
Cinquième toro (fer de El Pilar). "Mirado" n°193 castaño oscuro 502 kg (né en février 2005) combattu par El Cid (vuelta) (Pas de perte de substance)

Corrida de Hoyo de la Gitana du Lundi 17 août à Dax :
Troisième toro. "Monaguillo" n°1 negro entrepelado 527 kg (né en juillet 2005) combattu par Julien Lescarret (silence) (Pas de perte de substance)
Quatrième toro. "Monaguillo" n°8 negro bragado meano axiblanco 531 kg (né en août 2004) combattu par Rafaelillo (ovation) (Pas de perte de substance)

Corrida du Samedi 5 septembre à Bayonne (pas d'analyses, El Juli affrontant seul des toros de Puerto de San Lorenzo, Ana Romero, Victoriano del Río et Toros de Cortés)

Corrida de Valdefresno et Fraile Mazas du Dimanche 6 septembre à Bayonne :
Premier toro (fer de Valdefresno). "Buscatriunfos" n°108 negro 520 kg (né en novembre 2004) combattu par Enrique Ponce (silence) (Pas de perte de substance)
Deuxième toro (fer de Valdefresno). "Liria" n°1 negro 535 kg (né en février 2005) combattu par Juan Bautista (une oreille) (Pas de perte de substance)

Corrida-concours du Vendredi 11 septembre à Arles (corrida-concours, donc pas d'analyses)

Corrida de Jandilla du Samedi 12 septembre à Arles :
Troisième toro. "Zumbón" n°88 negro 540 kg (né en novembre 2004) combattu par José María Manzanares (ovation) (Pas de perte de susbstance)
Quatrième toro. "Delto" n°93 negro bragado listón 520 kg (né en octobre 2004) combattu par Julio Aparicio (bronca) (Pas de perte de substance)

Corrida de Victoriano del Río et Toros de Cortés du Samedi 12 septembre à Dax :
Premier toro (fer de Victoriano del Río). "Jarretero" n°66 negro chorreado listón 542 kg (né en octobre 2004) combattu par Enrique Ponce (une oreille après avis) (Pas de perte de substance)
Troisième toro (fer de Victoriano del Río). "Canario" n°43 negro bragado meano corrido listón 538 kg (né en août 2005) combattu par Sébastien Castella (une oreille après avis) (Pas de perte de substance)

Corrida de Valdefresno et Fraile Mazas du Dimanche 13 septembre à Arles :
Deuxième toro (fer de Valdefresno). "Lironcito" n°71 negro meano 545 kg (né en novembre 2004) combattu par Juan Bautista (ovation) (Pas de perte de substance)
Cinquième toro (fer de Fraile Mazas). "Cigarro" n°34 negro 525 kg (né en mars 2005) combattu par Sébastien Castella (applaudissements) (Perte de substance sur une corne)

Corrida de Victorino Martín du Dimanche 13 septembre à Dax :
Troisième toro. "Espabilao" n°31 cárdeno oscuro 470 kg (né en février 2005) combattu par David Mora (silence) (Pas de perte de susbstance)
Quatrième toro. "Verderón" n°135 cárdeno oscuro 469 kg (né en décembre 2004) combattu par El Fundi (applaudissements) (Pas de perte de substance)

Corrida d'Hubert et de Françoise Yonnet du Jeudi 17 septembre à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida de Garcigrande du Vendredi 18 septembre à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida de Juan Pedro Domecq du Samedi 19 septembre (matin) à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida de El Pilar et Moisés Fraile du Samedi 19 septembre (après-midi) à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida de Victoriano del Río du Dimanche 20 septembre (matin) à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)
Corrida de Valdefresno et Fraile Mazas du Dimanche 20 septembre (après-midi) à Nîmes (pas d'analyses, arène ne faisant pas partie de l'UVTF)

Florent

mardi 5 octobre 2010

Entre autres bras d'honneur à l'afición

"Il faut éliminer les présidents de ce genre"
C'est par ces propos que le propriétaire de l'élevage de Garcigrande a condamné hier le président de la corrida d'Ubeda, non loin de Jaén. Ce dernier ayant refusé de gracier le troisième exemplaire de l'après-midi, après une pétition insistante du public... et du callejón bien évidemment. A ces invectives disproportionnées, on ne saurait que trop conseiller à cet éleveur industriel d'en faire de même (c'est-à-dire éliminer) avec son cheptel, en envoyant le tout à l'abattoir ou en mettant par exemple le feu à sa propriété.
Garcigrande, Daniel Ruíz et même La Quinta. Ces noms sont revenus sans cesse durant la saison française écoulée, illustrant parfaitement l'écrasante majorité des corridas commerciales et peu originales face aux rares corridas sérieuses. Des corridas dites "formelles", il y en eut soixante-quatorze cette année en France. Et parmi celles-ci, un très grand nombre étaient dénuées d'intérêt pour l'aficionado a los toros. En témoignent ces pluies d'oreilles, ces vueltas posthumes sans critères et ces sorties en triomphe ridicules de certains mayorales. La tauromachie est prisonnière d'un système économique, composé d'empresas, de toreros et de ganaderos. En parlant des toreros que l'on désigne par le terme "figuras", il faut noter dans leur attitude quelque chose de similaire aux esclaves affranchis de l'Antiquité. C'est-à-dire qu'une fois qu'il n'ont plus à affronter le taureau de respect, ils ne font rien pour croiser de nouveau sa route. Pire encore, ce n'est pas qu'ils n'ont plus à affronter cet adversaire car ils ont gravi les échelons. Simplement, ils n'ont jamais été obligés de le faire grâce à la protection dont ils ont été les objets. C'est le cas pour les frères Ordóñez, le fils Manzanares et même El Juli dont les "gestes" restent relativement rares quoi qu'on en dise. Une fois rentrés dans le peloton de la corrida commerciale, rares sont ceux qui désirent en sortir et voir de temps à autres un horizon et un taureau différents. Cette saison a donc un goût amer, car les omniprésentes corridas commerciales n'ont pas été les seules à porter atteinte à la tauromachie. L'exemple le plus frappant est bien évidemment celui d'Aignan où les bouts des cornes ressemblaient à des pièces de monnaie.

Malgré tout, certains sont enthousiastes et se montrent satisfaits de leurs saisons commerciales, même s'ils ont sorti des horreurs portant le fer de Daniel Ruíz et de Garcigrande. C'était indéfendable, mais ils sont contents, surtout à Dax. Pour finir, on peut simplement dire que les aficionados se trompent rarement. En attestent les deux meilleurs lots de la saison française, sortis à Céret (Escolar Gil) et à Orthez (Dolores Aguirre), où l'on a vu des toros complets, exigeants et qui donnèrent de l'émotion. Cette réussite n'est pas étonnante, car à Céret comme à Orthez, c'est l'afición qui parle à l'heure de composer les affiches. Une afición que beaucoup n'ont pas malheureusement, préférant à cela le juteux critère commercial.

Florent

(Ce cliché a été pris par un ami à Céret, et je ne suis pas en mesure d'affirmer si ce geste était volontaire ou naturel, il sert juste à illustrer cet article)

dimanche 3 octobre 2010

Le maître-nageur

Un symbole plus qu'autre chose. Il y a deux ou trois jours, l'élite présumée de la torería actuelle s'est manifestée dans le but de défendre la tauromachie. Mais au fond, cette cohésion n'est-elle pas avant tout une réaction contre une possible "abolition des privilèges" ? Quelques heures plus tard à Madrid, il y avait des toros de Torrealta, sans rien de fantastique, pour la deuxième corrida de la feria d'Automne. Plutôt bien armés c'est vrai, mais loin d'être des estampes. Ni sauvagerie ni bravoure, plutôt une caste diplomatique. Et puis il y avait Juan Mora, quarante-sept bougies, dont quasiment trente passées en tant que matador de toros. Ses deux adversaires n'étaient ni des foudres de guerre ni des bonbons, même si le second était faible. De la main droite, Mora donna plusieurs muletazos accrochés, sans intérêt. Mais comme c'est de la gauche que l'on torée, c'est de ce côté qu'il fit des choses à la fois rares et remarquables. Tout au plus deux ou trois muletazos inattendus, beaux, lumineux et sans fin. Aussi, il est le seul matador de la profession à avoir dans la main l'épée de vérité dès le début du troisième tiers. Et de cette manière, on le vît porter à chaque fois une estocade soudaine, étonnante, succédant immédiatement à une dernière série de muletazos. Le plus beau coup d'épée fut celui porté face à son deuxième opposant : "en todo lo alto". Des illuminations gauchères et des estocades fulgurantes. Trois oreilles à Las Ventas, peu importe le nombre. Surtout un symbole. Un type proche des cinquante ans, humble, venu triompher dans des lieux où quasiment tous les autres, et surtout les plus arrogants, se sont noyés cette saison.

Florent

(Photo de Juan Pelegrín : la sortie en triomphe de Juan Mora)