samedi 15 janvier 2011

Voeux et pensées

Même si la nouvelle année est déjà bien entamée, cela ne m'empêche pas de souhaiter les meilleurs voeux à tous ceux qui passeront par cette page. Je vous souhaite ainsi une bonne année 2011 et une bonne temporada. Bien qu'il n'y ait pas que les toros dans la vie, il faut tout de même reconnaître qu'ils occupent parfois une place conséquente. L'afición de chacun prend donc une bougie supplémentaire. En plus de ces voeux, je vous confie ici quelques pensées...

Tout d'abord, je pense à Jean-Jacques Baylac qui nous a quittés à la fin de l'année dernière, je pense à ce qu'il a fait pour la tauromachie en France, pour la "corrida vérité" comme il le disait, chez lui, à Vic-Fezensac. Je pense aussi à ces deux picadors qui sont partis trop tôt l'an dernier, Juan Luis Rivas hijo et Luis Antonio Vallejo "El Pimpi". Je pense à la ganadería d'El Palmeral, (d'encaste Atanasio-Conde de la Corte), à Jean-François Majesté, et au désarroi de voir ce fer disparaître. J'ai une pensée pour l'ADAC, pour Jean-Louis Fourquet, Jean-François Coste, pour l'ADA, pour Serge Villetorte, pour Orthez, pour Xavier, pour Laurent, pour les autres, pour tous ceux qui défendent la corrida avec le Toro comme leitmotiv. Je pense à ces ganaderías que j'aime, aux toros encastés, puissants, combatifs, et qui resteront dans la rétine.
Je pense aussi à la Catalogne, à Barcelone, et à ces gens qui ont désiré interdire la corrida dans une ville plus que dans une région, puisqu'il n'y a désormais qu'une seule arène dans celle-ci. Je pense que leur démarche est d'un cynisme incroyable, et je leur demande quel danger la corrida représente-t-elle pour la société ? Je pense à ces toreros que l'on veut nous vendre comme des routards du triomphe. Je pense aux faenas en roue libre, au Juli, au Julipié, et aux aficionados cocufiés. Et je pense à ceux qui vont pourrir mes nuits à cause de la malhonnêteté de leurs reseñas. Je pense à André, lui veedor de l'afición française autoproclamé, et je pense aussi à son humilité, car il n'est pas le veedor de l'ADAC aux dernières nouvelles même si c'est ce qu'il prétend ! Je dois toutefois lui reconnaître qu'une seule chose m'aura attiré chez lui... sa jeune photographe. Je pense aussi à cet élevage français, à toutes les fois où les pensionnaires de cette famille sortiront cette saison, et à toutes les fois où l'on saura d'avance que le fils saluera ou sortira en triomphe à l'issue de la course. Je pense à ces vedettes surévaluées, aux bêtes bichonnées qu'elles vont affronter, mais je préfère les vaillantasses qui eux ont davantage d'humilité, et affrontent pour leur part le Toro de respect. Sans ce dernier, il semble difficile de parler de dignité.

Florent

1 commentaire:

  1. je pense que tu pourras faire un copié/collé pour 2012...

    RépondreSupprimer