vendredi 11 février 2011

Affligeant deux poids deux mesures

Avec le descriptif de l'image pour commencer : "Semillero", numéro 67, negro listón, annoncé à 510 kg (né en décembre 2005) de l'élevage de Domingo Hernández, combattu en troisième position par Sébastien Castella à Arles le Vendredi 2 avril 2010. Vous comprendrez plus loin dans cet article le pourquoi de cette photographie.
Etrange tout de même que ce "toro", ou que d'autres d'une présentation similaire sortis dans les ruedos français au cours de l'année 2010, n'aient été l'objet de certains éditoriaux. Mais il est vrai qu'actuellement, la mode est de s'étendre longuement sur un cheval de picador, un seul ! Pourtant, chacun a eu l'occasion d'écrire tout ce qui était relatif à la novillada et à la corrida d'Orthez... le 25 juillet dernier, alors que nous sommes en février 2011. Etrange aussi, la différence de traitement entre les informations. La pitoyable présentation du pensionnaire de Domingo Hernández à l'image n'a par exemple été que très peu évoquée sur les sites dits "d'information taurine". Mais pourquoi ? J'aimerais bien pour ma part que l'on pointe du doigt la mauvaise présentation du bétail que s'envoient souvent les "figuras" durant la saison française. J'aime beaucoup moins que l'on prenne littéralement pour des cons, et vous m'excuserez du terme, les aficionados qui ont payé leur place pour voir ce qui était annoncé sur l'affiche comme une Corrida de Toros, pour voir au final un spectacle s'avérant être une pantalonnade triviale et indéfendable. Domingo Hernández reviendra cette année en France, il n'y a aucun problème à cela, malgré la présentation et le comportement des bestioles. "Semillero", chose imprésentable, dans une arène (Arles) classée en première catégorie par le règlement de l'Union des Villes Taurines de France. Malheureusement, la présentation des toros n'intéresse plus grand monde. Au meilleur des cas, on vous rétorquera que vous n'avez pas à aller voir ce genre de courses car vous savez ce qui vous y attend. C'est donc le lobby de la diaspora huppée de l'escalafón qui décide, et ce n'est pas le bon sens, et encore moins la dignité. Après cela, certains viennent se fourvoyer en donnant des leçons de décence sur la tauromachie. "Semillero", entre autres toritos imprésentables, je n'ai pas de mal à en parler, et puis je ne fais pas partie du personnel de communication des arènes d'Arles...

Florent

4 commentaires:

  1. Plus petit qu'un novillo de céret ...

    RépondreSupprimer
  2. Incomparable ! De la même taille qu'un eral du bolsin de Bougue oui !

    RépondreSupprimer
  3. Les plus fautifs sont les gens qui vont a ce genre de spectacle et qui s'en accommode,si la corrida doit continuer et devenir définitivement comme sa alors il vaut mieux arrêter, a quand un cartel composé du juli de castella et les autres avec les même élevages que ceux qui foule le sable ceretan,sa ne se verra jamais car les figuritas ne sont pas capable de sortir un faenon face des toros toros,car la il ne s'agit plus d'une faena de 80 passes,mais bel et bien de lidia.
    continuez messieurs les organisateurs a nous pondre des cartels de figuras avec des becceritas sans cornes ni force et je vous remercie de scié la branche sur laquelle vous êtes assis,car a ce rythme la dans quel temps vous aurai plus l'occasion de vous engraissé sur le dos des aficionnados qui ont la passion de la corrida.

    RépondreSupprimer
  4. ce même menbre du personnel qui est du genre à te répondre : CHOISISSEZ mieux vos SPECTACLES.

    Deux mots en majuscules qui sont une hérésie.

    RépondreSupprimer