vendredi 25 février 2011

C'était l'année 1991 : "Céret de Toros"

Les Samedi 13 et Dimanche 14 Juillet 1991, l'ADAC et son président Jean-Louis Fourquet organisaient la quatrième édition de "Céret de Toros". Deux corridas composaient la feria cette année-là. Le Dimanche, c'est un lot de Félix Hernández Barrera (d'encaste Gamero Cívico) qui foulait le sable de l'arène du Vallespir. Malgré des carcasses imposantes, certaines armures abîmées mirent un bémol au niveau de la présentation. Quant au moral, le lot s'est avéré décevant, arrêté, manquant de caste et de combativité. Les trois matadors du jour s'appelaient José Pedro Prados "El Fundi", "El Niño de la Taurina" et Juan Cuéllar.
C'est donc la veille, le Samedi, qu'eurent lieu les moments les plus forts du week-end, avec une corrida de José Escolar Gil qui afficha le "No Hay Billetes". D'après les reseñas de Tendido ou bien de Toros, il s'agissait d'un beau lot en présentation, oscillant entre 500 et 560 kilos, varié de comportement et qui permit une corrida très entretenue. Hors du coup, le chef de lidia Richard Milian passa un après-midi très incommode, avec un premier toro manso et mal lidié, puis un autre exigeant et difficile. Le catalan jeta l'éponge et écouta une division d'opinions au premier puis des sifflets au quatrième. Présent lors des deux corridas du week-end, le madrilène "El Fundi" plut beaucoup du fait de son courage et de son sens déjà développé de la lidia. Il effectua un double tour de piste à la mort du cinquième Escolar, tandis que l'oreille fut fortement plébiscitée, en vain. Enfin, c'est le portugais Rui Bento Vasques qui laissa échapper le grand toro de l'envoi, à savoir le sixième, répondant au nom de Buena Cara. Un toro très bien présenté, prenant ses trois piques avec alegría, brave et encasté. Vasques passa à côté par manque de recours. Grande ovation à l'arrastre de Buena Cara, alors qu'un tour de piste posthume semblait lui aussi demandé par les aficionados. Finalement, c'est le mayoral de l'élevage qui compensa la chose en effectuant une vuelta à l'issue de la course.
Vingt ans après, en 2011, une corrida de José Escolar Gil est annoncée à Céret. Et dans l'intervalle, la ganadería a connu un certain nombre de succès dans ces lieux. On pense notamment à 2008 et à 2010 pour ce qui relève des courses les plus récentes. Ainsi, les aficionados a los toros seront cette année encore les témoins de la relation passionnée entre la plaza de Céret et l'élevage de José Escolar Gil.

Florent

1 commentaire:

  1. Prolixe, le Florent.....Serait-ce pas grâce aux vacances? Bravo en tout cas pour tes entradas toujours intéressantes.

    RépondreSupprimer