dimanche 6 mars 2011

Grande garce

Le propriétaire de l'élevage de Garcigrande a obtenu une compensation ce samedi. Mais rappelons tout d'abord que c'est lui qui au mois d'octobre dernier avait proposé à peu de choses près le rétablissement de la peine de mort pour les présidents refusant la grâce de ses toros. Hier donc, à Alba de Tormes dans la province de Salamanque, un exemplaire de Garcigrande a été gracié. Il s'agissait-là d'un festival, organisé ironie du sort par l'Association Nationale des Présidents de Plazas de Toros d'Espagne ! Le Garcigrande héros du jour se présentait à quatre ans et un mois, avec des armures taillées pour la circonstance. Absolument rien ne relate le tiers de piques sur les deux principaux sites taurins espagnols, on sait juste qu'apparemment, le Garcigrande avait de la classe, beaucoup de classe. Rien sur la pique, mais ce ne serait que redondance de le rappeler, faute à des reseñas toujours autant exhaustives que la Charte des droits de l'homme Nord-Coréenne. C'est El Juli l'indultador du jour, lui, grand seigneur, matador cinq étoiles, qui gracie des bêtes en festival, a pris des Garcigrande à Vistalegre la semaine dernière, et les prendra à Arles, à Séville et ailleurs. Comme un véritable numéro un incontestable qui affronte tout type de toros, selon la version officielle des revisteros assermentés. Toujours est-il que pour le tiers de piques, l'avocat général El Juli ainsi que les jurés empresarios-toreros-ganaderos-présidents-revisteros ont requis la peine de mort. Quelle honte.

Florent

(Image : Garcigrande à Nîmes... terrifiant)

2 commentaires:

  1. Sur la photo c'est un taureau du prochain Walt Disney ?

    RépondreSupprimer
  2. Qu'on les foute en prison!

    Mort de rire pour le Walt Disney!

    RépondreSupprimer