lundi 4 avril 2011

Révolution au campo

Le monde de la tauromachie n'arrête pas les innovations depuis quelques saisons maintenant. La dernière en date est l'oeuvre de ganaderos d'Andalousie et d'Extrémadure dont le bétail est d'origine Domecq. Cette innovation qui ne fait pas encore beaucoup parler d'elle s'inscrira probablement dans le temps, dans la lignée de la nouveauté de ce siècle : les fundas.

Désormais, pour résoudre le problème de force de leurs pensionnaires durant le combat dans l'arène, certains éleveurs ont trouvé un nouveau moyen pour en finir à long terme avec le tercio de piques. En effet dans plusieurs élevages, les ganaderos enlèvent les fundas aux toros une quinzaine de jours avant la course pour les remplacer par un autre type de protections. Ces dernières sont faites de plomb et ne sont laissées sur l'animal que quelques jours seulement. Il s'agit là de protections assez lourdes et qui permettent d'orienter la tête du toro le plus bas possible, vers le sol. De cette manière, il n'y aura plus besoin de piques pour que l'animal humilie. Du fait de cette récente innovation, les museaux raseront le sable du début à la fin de la "lidia", tels des chiens renifleurs.

Dans certaines occasions, les ganaderos posent ces protections de plomb sur les cornes de l'animal sans même avoir mis de fundas au préalable. C'est le cas avec cette image, où l'on voit un novillo d'un élevage de la province de Huelva, aux cornes rétrécies en vue d'un festival, et qui attend son tour afin que lui soit posé ce nouveau type de fundas. En espérant qu'il mettra la tête pour sa sortie dans l'arène dans quelques jours.

Florent

1 commentaire:

  1. Une honte, on devrait interdire à ces grossistes du toro de lidia de vendre leur bétail autre part qu'à l'abattoir.

    En prison!

    RépondreSupprimer