mardi 7 juin 2011

La Feria d'Alès, vue par Étienne Quintana


Aujourd'hui, c'est Étienne Quintana qui a l'amabilité de nous faire un résumé de la Feria de l'Ascension à Alès, autrefois appelée "Feria des Mange-Tripes".

Samedi 4 Juin – PLUIE SUR LA TAQUILLA

Paseo annoncé à 18 heures, avec six toros de Hoyo de la Gitana pour "El Fundi", Sergio Aguilar et Julien Miletto. Une journée parmi tant d'autres dans notre vie d'aficionados. Départ de Perpignan, puis arrivée à Alès à 16 heures et des poussières avec comme surprise un écriteau annonçant "la corrida est annulée", ainsi que la démarche à suivre pour le remboursement des billets. Il pourrait ne rien y avoir de choquant à cela, mais voilà, entre 16 heures 15 et 19 heures 20, il n'y eut aucune goutte de pluie sur Alès ! Le paseo devant se faire à 18 heures.
Réelle annulation à cause du temps ? Peur de donner une course avec un faible nombre d'entrées payantes ? Et le respect des aficionados qui ont fait le déplacement ?
Aucune voix de la presse taurine ne s'est pour le moment élevée afin d'évoquer les conditions de cette annulation, cela pourrait sûrement porter préjudice à des futures places en callejón.
Pour plus d'explications, se référer à l'annulation de la novillada de Blohorn en 2010 à Aire-sur-l'Adour... Contexte presque similaire.

Dimanche 5 Juin – CORRIDA DE BALTASAR IBAN

Petite demie arène. Pluie intermittente. Toros de Baltasar Ibán, avec deux cinqueños (premier et cinquième), très bien présentés et sérieux d'armures. Deux rencontres à la pique pour la plupart, sans réelle bravoure en général. Intéressants face au cheval le premier, pourtant plus violent que brave, et le cinquième, qui provoqua l'unique batacazo de l'après-midi. Ensuite, les toros de Baltasar Ibán ont généralement proposé de la noblesse, surtout le lot de Román Pérez (troisième et sixième). Le dernier fut le plus intéressant car démontrant un beau fond de caste.
Pour les matadors, on relèvera sans mal que le basque Iván Fandiño fut largement au-dessus du lot, coupant une oreille face à son premier adversaire, mais réalisant une faena plus méritoire devant le quatrième. Malgré une muleta accrochée à plusieurs reprises et des estocades efficaces manquant d'engagement, il laissa une bonne impression sur le sable alésien.
Sur la pente descendante à chacune de ses apparitions, Alberto Aguilar s'est retrouvé perdu face au deuxième de l'après-midi, sans proposer de solutions. Le cinquième, le plus beau du lot et plus grand que lui par la taille, s'éteignit totalement après la pique. A noter qu'avec ses deux toros, Aguilar prit à chaque fois le descabello sans avoir mis au préalable autre chose que des pinchazos.
Quant à Román Pérez qui complétait le cartel, il tomba sur les deux toros les plus nobles du jour, et passa à côté. Ou plutôt très loin, puisqu'il toréa constamment fuera de cacho. Oreille justement refusée lors de son premier combat.

Étienne Quintana

(Image d'archives : les arènes d'Alès en 2009)

1 commentaire: