dimanche 4 septembre 2011

Défaite par abstention

Sur tapis vert j'ai perdu. Une défaite qui pourrait être difficile à admettre si j'avais été un Footix, cherchant à tout prix l'évènement et l'allégresse des sorties en triomphe. Mais il n'est pas question de football, discipline qui se joue à onze contre onze et où à la fin il paraît que "c'est toujours les allemands qui gagnent", ni même de sport en général. Le domaine dans lequel je suis obligé de reconnaître ma défaite en ce jour, c'est le "Décasthlon". Certes, ce nom possède une forte connotation sportive et l'on pourrait même penser qu'il est homologué sur le plan Olympique. Mais il n'en est rien, et son principe est très simple. Le décasthlon, tout le monde peut y jouer, toutes générations confondues, et il s'agit en réalité d'assister à dix corridas décastées en dix jours d'affilée. Avec un porte monnaie large et une tendance masochiste terrible, cette discipline semble très jouable chaque année de Mars à Septembre. Pour 2011, je me suis abstenu, mais patience, car je commence dès aujourd'hui à faire des économies pour l'an prochain afin de pouvoir me taper en dix jours : Daniel Ruíz, Jandilla, Zalduendo, Torrealta, Victoriano del Río, García Jiménez, Miranda de Pericalvo, El Pilar, Montalvo, José Vázquez et bien d'autres encore ! D'ici là, la tentation me sera peut-être passée et je savourerai la même cuisante défaite qu'en 2011.
A l'heure où j'écris, j'ai surtout une pensée pour ceux qui couvrent ces évènements, en relatant à chaque fois et de bonne foi que les toros ont offert un "jeu extraordinaire, des grandes embestidas, et une magnifique toréabilité". Parfois, quand la réalité a été d'un médiocre abyssal, les hommes et femmes de terrain décrivent les toros comme "pas assez collaborateurs", "un peu justes de forces", histoire de passer la pommade et éviter d'employer le terme "invalides". En tous cas, pour ces courses-là, jamais on ne parle de trapío, de caste, de poder, ni même de tercios de piques.
Décasthlon ? Compassion pour ses champions.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire