samedi 10 septembre 2011

Édifiant palmarès

Malheureusement, le taureau de combat ne se situe qu'en arrière-plan. Au cours de discussions récentes, certains cadres des villes taurines de France ont désiré instaurer un débat quant aux sommes empochées par les toreros vedettes dans les grandes arènes (en taille) du pays. La prise de conscience est avant tout financière, et au fond de la toile plane à un degré moindre la question des toros qu'affrontent les vedettes dans l'Hexagone.
Récemment on a senti, bien plus que d'accoutumée, la réaction de la critique taurine face à la sortie de bêtes indignes dans les ruedos de France pourtant situés en première catégorie à l'UVTF. Le physique des pensionnaires de La Quinta envoyés à Mont-de-Marsan et à Dax a sonné l'heure d'un petit réveil. Ces derniers jours encore, on a pu par exemple lire que la Commission Taurine d'Arles avait refusé le lot de Daniel Ruíz débarqué dans les corrales pour manque de présentation. A la place, l'empresa s'en est allée chercher des "toros" de substitution, chez Zalduendo...
Face aux méconnaissables Buendías de La Quinta : El Juli ! Face aux Zalduendos remplaçant aujourd'hui les Daniel Ruíz à Arles : El Juli !
Certes, il n'est pas le seul car ses camarades y sont aussi pour quelque chose. Mais lorsque Monsieur Julián López Escobar "El Juli" évoque son amour pour le "modèle français", à quoi pense-t-il ? Parle-t-il des arènes de France sérieuses et qui respectent sans concessions le Toro et la lidia ? Ou alors, peut-être songe-t-il au fait que chaque année, il puisse à Palavas comme à Nîmes, à Mont-de-Marsan comme à Istres, affronter les mêmes adversaires en ce qui concerne la présentation ? Il n'est nullement nécessaire de se pencher démesurément sur la question pour savoir que ces adversaires ne sont pas autre chose que des mièvres collaborateurs.
Plutôt que d'imposer ses toros dans les arènes de France, on aimerait voir El Juli justifier son rang. Pour un type qui se prétend numéro un, ce n'est pourtant pas viser la lune : JUSTIFIER SON RANG ! A la place, notre homme se contente de cette situation qui lui plaît, et cela lui permet "d'inventer des toros" au cours de corridas commerciales, corridas du mensonge, qui sont pourtant annoncées sur le papier comme "Corridas de Toros". On l'aura constaté, les "gestes" dont parle souvent El Juli sont en réalité rarisssimes.
Et si on se livre à une revue de presse sur plus d'une décennie, on voit en fait qu'en France, le contexte n'a jamais changé. Vous verrez, la liste n'est pas exhaustive, j'ai fait avec ce qui me venait sous la main, provenant de sources variées. Et c'est alors que l'on se dit avec effroi : des précédents ? Il n'y a que ça.

Dax. Mardi 16 août 2011. Toros de La Quinta pour Curro Díaz, El Juli et Miguel Angel Perera.
""Des toros, des toros!" scandait le public à la fin de cette dernière corrida." Vincent Bourg "Zocato". Sud-Ouest.

Béziers. Vendredi 12 août 2011. Toros de Daniel Ruíz pour Enrique Ponce, El Juli et Sébastien Castella.
"Six picotazos suffirent à calmer leurs ardeurs, et furent même de trop pour certains." Laurent Deloye "El Tico". Corridafrance.fr.

Mont-de-Marsan. Mardi 19 Juillet 2011. Toros de La Quinta pour Curro Díaz, El Juli et Thomas Dufau.
"Toros de La Quinta, tout petits, maigres, légers, faibles et protestés."
Mont-de-Marsan. Vendredi 15 Juillet 2011. Toros de Garcigrande pour El Juli, Daniel Luque et Thomas Dufau.
"Toros de Garcigrande, d'agréables gabarits, commodes d'armures, bravitos en huit piques pour une chute, et d'une candide noblesse dépourvue d'émotion. [...] Je suis sorti avec l'impression d'avoir assisté à un paisible spectacle ayant un lointain rapport avec la corrida." Marc Lavie. Semana Grande.

Nîmes. Jeudi 9 Juin 2011. Toros de Victoriano del Río pour El Juli, Sébastien Castella et Patrick Oliver.
"El Juli accueillit le petit second par bonnes véroniques et demie. [...] Face au quinto pauvrement armé..." Patrick Colleoni. Torobravo.fr.

Nîmes. Vendredi 17 Septembre 2010. Corrida mixte. Toros de Santiago Domecq pour Mendoza. Toros de Garcigrande pour El Juli et El Cid.
"Le premier toro de Garcigrande fut protesté dès son entrée en piste pour manque de présentation." Semana Grande.

Arles. Samedi 11 Septembre 2010. Corrida goyesque. Toros de Daniel Ruíz pour El Juli et Juan Bautista.
"Leur statut d'aimables toros pour vedettes. Ils ont une bravoure lisse, sont piqués a minima, chargent sans faire d'embrouilles et certains avec de la classe, offrent le succès sur un plateau." Jacques Durand. Libération.

Mont-de-Marsan. Samedi 17 Juillet 2010. Toros de Garcigrande pour Enrique Ponce, El Juli et Matías Tejela.
"Toros de Garcigrande, très justes de présentation les deux premiers. [...] excellent le cinquième (très "bonito" de tête) primé d'une vuelta posthume malgré son combat anodin face à la cavalerie..." André Viard. Terrestaurines.com.

Istres. Vendredi 18 Juin 2010. Toros de Torrehandilla pour Javier Conde, El Juli et Sébastien Castella.
"Juste de force et de tête, la corrida de Torrehandilla qui a permis la sortie en triomphe de Juli et Castella..." Frédéric Pascal. Terrestaurines.com.

Nîmes. Lundi 24 Mai 2010. 3 Toros de Zalduendo pour El Juli et 3 de Núñez del Cuvillo pour Sébastien Castella.
"Il n'y eut pas de sorteo comme le règlement le prévoit. El Juli eut trois Zalduendo qui sortirent avec de la classe mais peu de forces le premier, vite éteint le troisième et "doblando las manos" le cinquième. [...] Tous discrètement présentés, ce qui enleva de la catégorie à ce mano a mano." Agence EFE.

Arles. Vendredi 2 Avril 2010. Toros de Domingo Hernández pour El Juli, Sébastien Castella et Marco Leal.
"Toros de Domingo Hernández, discrets de présentation, dépourvus de trapío et commodes d'armures, manquant de forces et sans race pour la plupart." Florent Moreau. Semana Grande.

Béziers. Jeudi 13 Août 2009. Toros de Santiago Domecq pour Enrique Ponce, El Juli et Sébastien Castella.
"Des toros de Santiago Domecq mal présentés et sans caste ruinent l'après-midi." Joël Jacobi. Signes du Toro – France 3.

Mont-de-Marsan. Mardi 21 Juillet 2009. Toros de Zalduendo pour El Juli, Miguel Angel Perera et Daniel Luque.
"Honte pour l'éleveur, Fernando Domecq. Comment peut-on en arriver à produire ça et à oser le présenter au public ? 6 animalcules mal foutus, certains si chétifs qu'on avait envie de leur tendre une poignée d'avoine; qui plus est affublés de cornettes comme plantées sur le frontal au hasard. Et le moral à l'avenant : grattant, trébuchant, refusant de charger." Velonero.blogspot.com.

Nîmes. Jeudi 28 Mai 2009. Toros de Zalduendo pour Julio Aparicio, El Juli et Sébastien Castella.
"Toros de Zalduendo, petits, manquant de présence et de trapío, faibles et nobles." Christophe Chay.

Nîmes. Vendredi 19 Septembre 2008. Toros de Daniel Ruíz pour El Juli, seul contre six.
"Toros de Daniel Ruíz, discrètement présentés, douteux d'armures, peu piqués et nobles." Barquerito.

Arles. Samedi 13 Septembre 2008. Corrida goyesque mixte. Toros de Gutiérrez Lorenzo pour Mendoza. Toros de Zalduendo pour El Juli et Juan Bautista.
"Toros de Zalduendo, discrètement présentés, limités de force, maniables mais sans transmission." Christophe Chay.

Dax. Samedi 6 Septembre 2008. Toros de Montalvo pour El Juli et Juan Bautista.
"Toros de Montalvo, de peu de présence, discrets d'armures, faibles, peu piqués et nobles à divers degrés (d'une extrême docilité les deux derniers)" Marc Lavie. Semana Grande.

Mont-de-Marsan. Mercredi 23 Juillet 2008. Toros de El Ventorrillo pour El Juli, José María Manzanares et Miguel Angel Perera.
"Toros d'El Ventorrillo, corrects de gabarit, peu pointus, monopiqués à l'exception du cinquième, nobles mais vite éteints." Marc Lavie. Semana Grande.

Arles. Samedi 22 Mars 2008. Toros de Domingo Hernández pour El Juli, Juan Bautista et José María Manzanares.
"Est-il nécessaire de parler de la corrida de Domingo Hernández tant elle fut médiocre ? Comme toujours devant ce type de corrida, El Juli fut très bon." Velonero.blogspot.com.

Nîmes. Samedi 15 Septembre 2007. Corrida mixte. Toros de Carmen Lorenzo pour Mendoza. Toros de García Jiménez pour El Juli et Juan Bautista.
"2 Toros de Peña de Francia, 1 de García Jiménez (3e) et 1 d'Olga Jiménez (4e), de petits gabarits et de peu de race." Semana Grande.

Bayonne – Dimanche 2 Septembre 2007. Toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Eduardo Gallo.
"Toros de Garcigrande, bas, commodes d'armures et décastés en général. [...] Les toros de Garcigrande, agréables en corpulence pour les toreros et coiffés courts..." Marc Lavie. Semana Grande.

Mont-de-Marsan. Lundi 23 Juillet 2007. Toros de Vellosino pour Curro Díaz, El Juli et José María Manzanares.
"Toros de Vellosino, inégalement présentés, certains laids de formes et d'armures, d'autres plus typés comme les deux derniers, mais en général décastés et donnant peu de jeu." Marc Lavie. Semana Grande.

Palavas. Mardi 8 Mai 2007. Toros de García Jiménez pour El Juli, Juan Bautista et José María Manzanares.
"Discrètement présentés, faibles, maniables et fades [...] Face à un bétail trop faible et manquant souvent de race..." Christophe Chay.

Nîmes. Vendredi 15 Septembre 2006. Corrida mixte. Toros de Gutiérrez Lorenzo pour Mendoza. Toros de Domingo Hernández pour El Juli et Cayetano Rivera Ordóñez.
"Commodes d'armures, bravitos (cinq piques) et gentillets bien qu'un tantinet fades." Vincent Bourg "Zocato". Sud-Ouest.

Mont-de-Marsan. Mercredi 19 Juillet 2006. Toros de García Jiménez pour Morante de la Puebla, El Juli et Eduardo Gallo.
"L'indigne clôture. Ne mâchons pas nos mots, nous avons honte de cette clôture montoise. Qu'a donc fait le Plumaçon pour mériter un lot aussi indigne de présentation ? Des armures ridicules et des pointes en plumeau, ainsi qu'un physique de novillos pour les trois premiers." David Bessières. Semana Grande.

Nîmes. Lundi 16 Mai 2005. Toros de Daniel Ruíz pour César Rincón et El Juli.
"Faibles et impropres à la lidia, les Daniel Ruíz n'ont jamais justifié leur cartel." Régis Merchan. Barrera Sol.

Nîmes. Samedi 5 Mars 2005. Toros de Montalvo pour Javier Conde, El Juli et Miguel Angel Perera.
"El Juli trouva le moyen de ressusciter un Montalvo sans force et fade." Christian Cartoux. Barrera Sol.

Nîmes. Vendredi 17 Septembre 2004. Toros de Fuente Ymbro pour Curro Díaz, El Juli, Sébastien Castella.
Deuxième toro. "Protestón" n°32 negro bragado 464 kg (né en juillet 2000)
Cinquième toro. "Lavandero" n°80 negro bragado 471 kg (né en juillet 2000)
Les six "toros" du lot étaient nés entre juillet et septembre 2000.

Nîmes. Samedi 28 Février 2004. Toros de Luis Algarra pour Finito de Córdoba, Francisco Rivera Ordóñez et El Juli.
"Multipliant les génuflexions et les chutes sur le sable, faisant immédiatement réaliser que la corrida risquait de sombrer dans la déception et l'apathie, les toros du deuxième volet de Primavera (à une exception près, le quatrième du lot), ont rapidement réduit à néant tous les espoirs. Ils ont surtout, par leur faiblesse désolante, rendu davantage présent le froid ambiant de ce samedi sans lumière." Roland Massabuau. Midi Libre.

Nîmes. Samedi 20 Septembre 2003. Toros de Zalduendo pour El Juli, César Jiménez et Julien Miletto.
"Toros de Zalduendo, légers, discrets d'armures, nobles mais mous et sans grandes forces." Semana Grande.

Dax. Mercredi 13 Août 2003. Toros de Victoriano del Río pour Morante de la Puebla, El Juli et César Jiménez.
"Les six toros de Victoriano del Río, bien roulés (de 500 à 558kg; moyenne : 537) et d'armures aimables, avaient un fond de classe certain mais, hélas, une bravoure limitée (six rencontres) due à des signes de faiblesse que l'on connaît chez cet élevage." Vincent Bourg "Zocato". Sud-Ouest.

Bayonne. Samedi 31 Août 2002. Toros de Parladé pour Finito de Córdoba, José Tomás et El Juli.
"Six toros du fer de Parladé, propriété de Juan Pedro Domecq, irréguliers sur la bascule (de 460 à 548 kilos; moyenne 490), corrects d'armures, d'un jeu "faiblote" (huit picotazitos...) mais nobles et comestibles pour la plupart." Vincent Bourg "Zocato". Sud-Ouest.

Bayonne – Dimanche 11 Août 2002. Toros de Jandilla pour Miguel Abellán, El Juli et Sébastien Castella.
"Pour tout avouer, M. Borja Domecq ne fera pas, dans les archives, référence outre mesure à son lot combattu hier à Lachepaillet. Ses sujets nous semblèrent en effet souvent décastés." Vincent Bourg "Zocato". Sud-Ouest.

Dax. Dimanche 9 Septembre 2001. Toros de Torrealta pour Enrique Ponce et El Juli.
"Un lot de Torrealta faiblard au possible. Huit picotazos pour les six toros !" Régis Merchan. Barrera Sol.

Dax. Samedi 11 Août 2001. Toros de Joaquín Núñez del Cuvillo pour Víctor Puerto, El Califa et El Juli.
"Au banc des accusés, se présentèrent primo six toros de Joaquín Núñez del Cuvillo, d'une prestance cautionnable, mais selon nous excessive sur la bascule. Le tiers-temps chevalin fut accepté sans génie et prolongé d'un comportement à la muleta aussi fade, faible, mou et décasté qu'un sandre de 3 semaines au frigo." Vincent-Bourg "Zocato". Sud-Ouest.

Arles. Vendredi 13 Avril 2001. Toros de Victoriano del Río pour Enrique Ponce, El Juli et Juan Bautista.
"Six toros de Victoriano del Río, justes de présentation et de forces, nobles la plupart." Barrera Sol.

Dax. Samedi 12 Août 2000. Toros de Torrestrella pour Manuel Caballero, Morante de la Puebla et El Juli.
"M. Alvaro Domecq, propriétaire de la devise de Torrestrella, avait fourni un cheptel homogène (de 483 à 525 kilos sur l'ardoise; moyenne, 492), mais léger de gabarit et surmonté d'armures "reposantes" dont certaines "finitions" furent contestées." Vincent Bourg "Zocato". Sud-Ouest.

Mont-de-Marsan. Mercredi 19 Juillet 2000. Toros de El Torreón pour Morante de la Puebla, Miguel Abellán et El Juli.
"Corrida très inégale de présentation, 4° et 5° se sauvant par leur poids et leurs armures. Malheureusement plusieurs pitones astillados soulevèrent les protestations, au point que le sixième dut être renvoyé." Patrick Beuglot. Toros2000.com.

Nîmes. Vendredi 18 Septembre 1998. Toros de Daniel Ruíz pour José María Manzanares, Ortega Cano et El Juli (qui prenait l'alternative).
"Par la faute des taureaux de Daniel Ruíz, cumulant les tares communes aux lots réservés aux stars, sans en avoir les qualités." Rémy Loury. Midi Libre.

Florent

4 commentaires:

  1. Ca, mon cher Florent, c'est ce qu'on appelle un réquisitoire argumenté.
    Chapeau!
    Tu devrais faire du droit.
    Je te vois assez bien procureur.
    Xavier K

    RépondreSupprimer
  2. et bien non cher Florent et cher Xavier!
    Une instruction doit se faire à charge ... et à decharge!!!!
    Et melanger des blogs et des "journaux" taurins ou d'actualités procède de la desinformation. Voila pour la forme.
    Pour le fond suis bien embêté pour répondre.... mon coeur le dispute à la raison...

    RépondreSupprimer
  3. Salut Xavier. J'ignore si ton message est pourvu d'ironie ou non. Sache en tous cas que je fais du droit (troisième année actuellement), mais au vu de mon petit niveau en la matière, je ne serai jamais "procureur", et puis, le rôle de l'accusateur public ne me convient absolument pas !

    Pour répondre à Fix, je me demande si la tauromachie n'est pas un domaine très particulier au niveau de l'information. Par exemple, je pense que des reseñas comme celles de Velonero sont 1000 fois plus fiables que d'autres qui sont écrites par des "juges et parties", journalistes/organisateurs, journalistes/apoderados... J'ai pris une multitude d'exemples au hasard provenant de publications variées, et qui n'ont pas le même point de vue par rapport aux Toros. Pourtant, vu les passages donnés, ils se rejoignent à propos de l'indigence des "toros" du Juli et de ses compères...

    RépondreSupprimer
  4. Mais je sais bien mon poulet que tu fais du droit. C'est de l'humour!!!
    XK

    RépondreSupprimer