mardi 4 octobre 2011

"C'était mieux avant"

Retour à Arnedo, deux ans après. Les choses ont bien changé puisque les arènes du "quartier de La Paz" ont été détruites laissant aux aficionados ainsi qu'aux habitants du village une grande amertume. Le nouveau lieu taurin est quant à lui plus excentré par rapport au centre du bourg. Il s'agit d'une sorte de gros cube, couvert, avec un toit amovible, et dont les planches entourant le ruedo n'ont pas été peintes en rouge. Cela laisse par ailleurs une impression plutôt froide dès les premiers abords. Et puis, on pense à la multiplication de ces structures, San Sebastián, Logroño, Vistalegre... Un coup à devenir des aficionados de gymnases d'ici une vingtaine d'années.
Samedi à Arnedo, la novillada de Prieto de la Cal n'a rien donné. Quatre des six exemplaires combattus étaient nés en novembre 2007, soit presque quatre ans si on fait le calcul. Pourtant, leurs petits gabarits ne laissaient en rien présager qu'ils étaient aux portes de l'âge adulte. Le plus sérieux était le troisième "Carasucia", au pelage berrendo en melocotón, et né en avril 2008.
Au moral, le premier fut noble et encasté, mais malheureusement l'un des plus faibles. Le second était également noble, les troisième et quatrième décastés. Le cinquième aurait quant à lui dû être renvoyé aux corrales par l'intermédiaire d'un mouchoir vert. Puis l'ultime ne vint pas relever l'ensemble, car faible et fade. Maigre bilan.
Côté novilleros, on aurait pu retenir le début prometteur d'Alberto Durán à la cape face au premier, mais il coula très vite muleta en main. Il y eut des séries droitières bien données par Emilio Huertas, manquant quelque peu d'émotion, mais constituant pour tout dire les seuls muletazos valables de l'après-midi. Sinon, on vit le traditionnel salut du banderillero Angel Otero au cinquième novillo. Et la lidia ? N'en parlons pas. En résumé, bien peu de choses, et quitte à assister à une novillada décevante, j'aurais préféré la voir dans l'ancienne plaza.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire