lundi 10 octobre 2011

Huile de coude

Vu de l'extérieur. A Mont-de-Marsan, la mairie a mis en place il y a quelques semaines un appel d'offres afin de choisir un prestataire pour les arènes à partir de la saison prochaine. Avant cette procédure, le prestataire en charge des Toros à Mont-de-Marsan aura fait trois saisons. Curieusement, ce mandat a commencé par une corrida de La Quinta pour s'achever sur une autre... de La Quinta. La première des deux citées, celle de 2009, je m'en souviens bien, puisque c'est le jour où j'ai perdu toute illusion sur cet élevage. A regarder l'ensemble de ces trois saisons en question, et sur ce que j'en ai vu, je retiens bien évidemment la grande corrida de Fuente Ymbro en 2009. Quant au reste, je ne m'étendrai pas davantage, si ce n'est pour dire que trop de bestioles imprésentables ont foulé la piste du Plumaçon. Vers le mois d'avril de cette année 2011, j'avais écrit un papier intitulé "A Monté-dé-Marsane no iremos", trouvant les cartels peu dignes d'intérêt, et surtout peu dignes des exigences que devrait avoir cette arène. Mont-de-Marsan méritait autre chose. Le 19 juillet dernier, il semble bien que la boucle ait été bouclée avec le ridicule défilé des La Quinta, planqués en catimini dans les corrales de Saint-Sever jusque trois heures avant la course.

Il y a quelques jours, j'ai découvert l'existence d'un "Collectif" – puisque c'est ainsi qu'il a été nommé – regroupant les aficionados de Mont-de-Marsan, afin de se faire entendre, et de faire pression pour que le Plumaçon retrouve son véritable statut : celui d'une arène de catégorie (en première à l'UVTF). Cette démarche est audacieuse et tout à fait louable, car comment ne pas écouter l'afición locale lorsqu'elle monte au créneau ? Ce qui est le cas aujourd'hui. L'afición locale, à Mont-de-Marsan ou ailleurs, elle sera toujours-là, car elle fait partie du décor, et il faut la respecter. Tandis que les commissions taurines sont quant à elles simplement de passage, et parfois même, elles dégagent.

Une belle initiative donc, car devant bon nombre de corridas affligeantes, les aficionados Montois auraient pu tourner le dos et se désintéresser. Au contraire, ils montrent qu'ils n'ont pas joué les déserteurs. Pourquoi ? Certainement parce qu'ils sont attachés au Plumaçon, à son image, et qu'ils veulent être fiers des corridas qui s'y déroulent. Aficionados locaux qui payent leur place, ils n'ont plus envie d'être les dindons de la farce, et de voir l'appellation "Corrida de Toros" galvaudée, avec du bétail mal présenté, et souvent monopiqué... Ce qui ne correspond pourtant pas à la catégorie de l'arène. Les aficionados Montois se mobilisent, et en conséquence, on les comprend, et on approuve totalement leur démarche.

Florent

Voici l'adresse du site du "Collectif" :
Collectif-madeleine2012.blogspot.com

"Le Collectif Madeleine 2012 est un regroupement d’associations taurines de Mont de Marsan et ses alentours, d’aficionados locaux et de personnalités diverses, créé dans le cadre de l’appel d’offres pour l’organisation des corridas de la Madeleine (oct.2011).

CHARTE DES SIGNATAIRES

Dans le cadre de l’appel d’offres pour l’organisation des corridas du Plumaçon, le Collectif "Madeleine 2012" est une force de proposition et de soutien unique dont l’objectif clairement affiché est d’établir un partenariat avec le candidat le plus à même de comprendre les attentes de l’Aficion de Mont de Marsan.

Nos buts :

- L’implication de tous les acteurs de la vie taurine montoise dans la conception des spectacles tauromachiques de la Madeleine ; implication dont on sait l’énorme portée identitaire.

- La mise en œuvre d’une feria vraiment équilibrée, représentative des aficionados locaux dans leur diversité, alternance de corridas toristas et toreristas sans déficit de présentation.

- La pérennisation d’une novillada sérieuse et d'une corrida-concours "événement", fleuron de nos Fêtes, avec ou sans vedettes, sous une forme traditionnelle ou tout à fait nouvelle.

En cas de victoire de notre regroupement et du candidat/partenaire, le Collectif élira en son sein un comité de représentants chargé de négocier directement avec le prestataire et d’en valider ou non les décisions. Porte-parole du Collectif, il est le garant du strict respect de cette charte et de son esprit. Dans tous les cas, ce comité sera chargé de négocier avec les responsables municipaux (mairie et commission taurine), dans le respect des objectifs définis dans la Charte ci-dessus."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire