dimanche 6 novembre 2011

In vino (griego) veritas

Dax, voilà un curieux nom composé de trois lettres et non sans connotation hellénique. Par ailleurs, il paraît que ça bouge en ce moment du côté Sud de la péninsule Balkanique. Les vedettes de là-bas le font savoir, et ce n'est visiblement pas la crise pour tout le monde. Un mystérieux groupe dénommé "Gédis" a dès à présent entrepris de grandes manoeuvres avant le début de la prochaine saison taurine grecque. Une convention a été établie, aboutissant à un chantier comprenant douze travaux et obligations. Voici la lettre ouverte du "Gédis" :

- Nul ne pourra nous contredire, nous divinités, tout droit descendues du Mont Olympe taurin.

- Nous nous inscrivons en faux contre toute proposition malsaine émanant de l'Union des Cités Taurines.

- Les matadors valeureux qui se plaignent à longueur de saison du manque de contrats, auront comme cachet maximum une couronne de lauriers, car l'important est bien de participer (du moins pour eux)

- Nous ferons en sorte que les moyens de propagande spécialisés relancent le débat sur la taille de la pique ou le poids du caparaçon, pour aveugler les aficionados et que ces derniers restent indulgents avec les éleveurs de nos collaborateurs.

- L'an prochain encore, aucune retransmission des prestations de Xosé Tomasidis ne pourra être envisagée. En revanche, nous négocions de manière ferme pour que notre droit à l'image soit bien plus fructueux.

- Toute âme perdue et vêtue d'un simple drap blanc passant son temps à philosopher de manière stérile sur notre activité, à contester la légitimité de Kayetanopoulos, ou à comparer les poses de banderilles de Fanditzas au ridicule d'un danseur de sirtaki, sera condamnée à boire la cigüe.

- Nous avons ces derniers temps beaucoup entendu parler de la légende du "Taureau de Crète", et en avons conclu qu'aucun d'entre nous n'ira s'aventurer dans cette île, jugée excessivement torista.

- Aucun d'entre nous n'est d'ascendance Spartiate. En conséquence, nos adversaires devront être adaptés et taillés pour la circonstance. Nous hésitons encore à nous afficher l'an prochain face aux petits gris de La Xyntha, c'est vrai que sur ce point-là, on a quand même déconné cette année...

- Tout aficionados (car "dos" est un suffixe grec) aura sa ration de Domekis et il lui sera interdit de protester. Le prix des places devra par ailleurs être augmenté afin qu'en profitent les rédacteurs de cette convention.

- Le "Vino Griego" sera joué à chaque fois qu'un membre de ce groupe quittera l'arène en triomphe. Les insupportables aficionados intégristes verront en cette mélodie une marche funèbre pour leurs revendications.

- Les arènes de la région d'Athènes, du Péloponnèse et du reste du territoire seront toutes classées en première catégorie, pour des raisons financières (les nôtres)

- Tout candidat à l'entrée dans le "Gédis" fera l'objet de nombreuses contraintes ainsi que d'un exil forcé à Crète.

Convention signée par les divinités : Pererakis, El Juliandréou, El Fanditzas, Poncéas, Xosé Mari Mantzanarakis, El Cidounis, Talavantzakis, Xosé Tomasidis, Morantsidis et Kayetanopoulos.

En tant qu'observateurs extérieurs, n'étant pas sous le coup de représailles, on constate que cette convention n'est pas dépourvue de cynisme. Aussi, elle fait quelque peu penser à l'Antiquité, où sous couvert de démocratie directe, les puissants prenaient tout de même le dessus. Il faut quand même reconnaître un certain talent aux membres du "Gédis", car à croire qu'ils demanderaient toujours plus, même après être allés se faire voir chez les grecs...

Florent

4 commentaires:

  1. Theodorakis Choperadépoulos et Simonis Cadzasdeous, divinités et gardiens du temple de la démocrassie du Gédis, mais indésirables sur l'île de Crête, et de Cerète, dans le Vallespiroponèse, ainsi que sur la presq'île du Parentisis, sont déclarés garants de l'application de la convention décidée par ces nouveaux aristocrates frico-démo-niaques: le Gédos,c'est le clan des pipoles avec des petites cervelles mais doté de gros coffre-forts.

    RépondreSupprimer
  2. Un billet humoristique de trés grande qualité qui m'a bien fait sourire mais hélas illustre parfaitement l'état de délabrement dans lequel se trouve la fiesta brava que certains n'hésitent pas à enfoncer encore un peu plus pour de petits intérêts personnels à court terme

    Mig93

    RépondreSupprimer
  3. Fabuleux!
    On est pas loin de la vérité...

    RépondreSupprimer