mardi 29 novembre 2011

Paroles d'évangile

Je n'ai rien inventé. Rubrique faits divers, nous voilà la chronique taurine d'une mort annoncée.
Paroles d'évangile, pas question de plumes d'argile. Seulement des certitudes, comme le poète Virgile ou la combativité des toros d'Escolar Gil.
Par les temps qui courent, personne n'est à l'abri d'une contradiction, ou autre tracas du genre. Le fameux "errare humanum est" n'a jamais autant été d'actualité. Et puis, on redécouvre des choses au hasard, toujours au hasard...
Lorsque les évangiles ont des qualités de visionnaire.

L'histoire commence avec une reseña parue sur votre site taurin préféré : Terres taurines, en date du 12 août 2006, et relative à la novillada de la veille à Vic-Fezensac. Voici le début de la chronique.

"VIC : INFAME MORUCHADA DE VALDELLAN
Une ganaderia est née, disait la propagande avant la course en parlant de celle de Valdellan récemment créée à partir de celle de Hoyo de la Gitana et qui débutait officiellement à Vic. Une ganaderia est morte répond le bon sens après la sortie de cinq moruchos indignes du qualificatif de brave dont la présentation très sérieuse mais disparate ne saurait servir d'alibi à une absence totale de qualités offensives...."


Dont acte : une ganadería serait morte le Vendredi 11 août 2006 à Vic-Fezensac. A une heure tardive, puisqu'il s'agissait d'une course nocturne, les six pensionnaires de Valdellán, dénommés Leonés, Moruna, Forrero, Huelguista, Guajón et Mediador, auraient sonné le glas et l'infortune de leur fer. Après avoir foulé le sable gersois, ils représentaient désormais un élevage cliniquement voire "chronique-taurinement" mort.

Mais l'histoire est délicieuse. Cinq ans plus tard, au mois d'octobre 2011, l'Association des critiques taurins de France (section Sud-Ouest) décernait son prix au meilleur lot de novillos de la saison écoulée à celui de Valdellán combattu du côté de Parentis-en-Born...

Florent

1 commentaire:

  1. Sans compter les deux ou trois reseñas très élogieuses effectuées par le renard argenté sur TT ces deux dernières années. On y louait avec force qualificatifs les qualités remarquables des "Valdellans", avec pour l'une d'entre elles, la mention fort savoureuse: un élevage pour Orthez!

    RépondreSupprimer