samedi 7 janvier 2012

Crève-coeur

Au conditionnel. Il y aurait de grandes chances pour que d'ici trois mois, un lot de novillos de Valdefresno foule le sable de la petite arène de Garlin. Cela pourrait être tout à fait banal. Pourtant, quand l'on regarde comment se profile la saison, cela risquerait d'être l'une des seules sorties de l'encaste Atanasio cette année en France.

A part cette potentielle course de Valdefresno (Atanasio-Lisardo Sánchez), hormis les Dolores Aguirre (Atanasio-Conde de la Corte), quels fers de cette encaste pourraient bien être à l'affiche des arènes françaises ? Peut-être les toros français du Scamandre (d'origine Valdefresno), ou encore les Puerto de San Lorenzo (ganadería à l'origine de celle de Valdefresno), mais cela semble moins probable.

Tout est allé très vite pour que l'on assiste à la dégringolade de l'encaste en question. Cependant, que ce soit Puerto de San Lorenzo ou Valdefresno, les figuras en ont souvent affronté ces derniers temps, et il ne fut pas rare de voir annoncés ces deux fers comme étant "commerciaux". Désormais en marge, ils semblent avoir été abandonnés par les vedettes. Probablement trop aléatoires et ne donnant pas assez de certitudes. Un coup très faibles à la limite de l'invalidité (ces deux élevages rencontrant des récurrents problèmes de forces), ou alors décastés, ou alors vraiment encastés et posant des difficultés "évitables" d'après les figuras.

Il y a environ quatre saisons, les sinistres fundas florissaient chez Valdefresno, et les toros montraient en même temps un moral à la baisse dans les arènes. J'ignore s'il y avait là un lien de cause à effet. Il n'empêche que récemment encore, on a pu voir des produits forts intéressants de chez Valdefresno. Car l'Atanasio a parfois un côté si plaisant, que ce soit le manso con casta se révélant au cours du combat, ou alors le brave pour de vrai.

Le brave pour de vrai, dans mes souvenirs, c'était Bilanero en 2007 à Bayonne. Sérieux, cornalón, avec du trapío et sans kilos superflus, il eut la malchance de rencontrer Javier Conde ce jour-là. Une rencontre improbable. Bilanero, un toro brave et encasté, donnant à deux reprises une belle émotion lors du tiers de piques. Il me semble bien qu'il poussa la cavalerie sur une vingtaine de mètres environ lors de la première rencontre. Un toro brave et encasté, qui aurait vraiment mérité la vuelta al ruedo. En face, Javier Conde aurait dû par décence mettre un terme à sa carrière à l'issue de cette course, après avoir livré une prestation indigne du grade de matador de toros. Il pleuvait, et Bilanero fut vraiment un grand toro.

En avril à Garlin, il y aura donc probablement ces novillos de Valdefresno. L'une des seules occasions de voir l'encaste Atanasio cette année. Je ne suis pas sûr qu'en Espagne, la situation soit davantage réjouissante. Le Campo Charro est quasiment en ruines, et c'est inquiétant.

Ne me demandez pas pourquoi, mais hier j'ai pensé à l'élevage d'Andoni Rekagorri...

Florent

(Image : Un Valdefresno de Bayonne 2007)

1 commentaire:

  1. En matinée, 3 novillos de Malabat devraient être combattus en NSP...ça ne ressemblerait pas à une journée "Atanasio"...? Certains organisateurs indépendants nous proposent des encastes assez variés dans la temporada, merci Juan...

    RépondreSupprimer