mardi 17 janvier 2012

Souvenirs froissés (V)

CURÉ DE VALVERDE

Don Cesáreo Sánchez Martín était absent. Aussi loin que je puisse remonter dans le temps, je ne me souviens pas d'un ciel aussi bleu que celui qui surplombait la route entre Nîmes et Alès en ce 24 Mai 1998. Je n'avais pas huit ans, mon père était au volant, et nous étions en chemin pour aller voir combattre les toros du Curé de Valverde. Avec la naïveté bien compréhensible de l'âge, je voyais en ce nom si curieux une illustration qui pourrait être un champ avec des taureaux de combat, en plein milieu une église, et un "Curé" pour veiller sur tout cela. Dans l'imaginaire d'un gamin.

Le Curé de Valverde, c'était Don Cesáreo Sánchez Martín, disparu en l'an 1994, et qui était à la base de la notoriété de cet élevage. En terres cévenoles, ses "petits" allaient fouler le sable... Ses petits, ou plutôt des toros massifs et sérieusement armés. Tous étaient des adversaires de respect. Je me souviens cependant que l'un d'entre eux, l'ultime, fut protesté à cause de ses armures. Sur eux flottait une devise verte et bleue, et ils allèrent tous en moyenne trois à quatre fois défier les chevaux lors des premiers tiers. Des toros et pas n'importe lesquels, des "Curés" de Valverde ! Pour les affronter, il y avait le courageux Stéphane Fernández Meca, ainsi que Ruiz Manuel, qui reçut une rouste terrible face à son premier opposant. Mais à huit ans, on n'a peut-être pas conscience des conséquences que pourrait avoir un tel accrochage. Ruiz Manuel avait pourtant l'air de s'être relevé sans mal. Et puis El Fundi, déjà emblématique – j'aimerais même dire seigneurial – et quittant les arènes sur une paire d'épaules.

Les dernières fois où les pensionnaires de la devise verte et bleue ont été combattus, on pouvait lire sur les comptes-rendus qu'ils étaient des "Valverde". Ce qui est vrai. Pour ma part, j'ai toujours préféré qu'on les appelle les toros du Curé de Valverde, cela fait tellement plus romancé et imagé. Sur la route du retour, le ciel devenu à peine plus obscur était toujours aussi bleu. Si c'était à refaire, je pense que je serais partant au moins vingt-cinq mille fois.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire