jeudi 31 mai 2012

Par défaut

Rastrojero de Moreno de Silva, un beau cárdeno typé Saltillo, a remporté le prix de la corrida-concours de Vic-Fezensac. Rien ne laissait présager une telle issue lorsque l'on vit son comportement face au cheval, puisqu'il ne démontra ni bravoure ni combativité sous le fer lors de ses quatre rencontres. En plus, il fut mal piqué.
Mais ce toro est allé "a más", donnant dans la muleta beaucoup de mobilité et de possibilités à exploiter. C'est certainement pour cette raison que le jury a décidé de remettre son prix à l'élevage de Joaquín Moreno de Silva.

Le vainqueur n'était donc pas un grand toro qui laissera un souvenir impérissable. Toutefois, cette corrida-concours a eu des moments intéressants, ce qui venait rompre avec les ennuis des éditions 2010 (prix non attribué) et 2011 (prix au Flor de Jara). On avait donc vu peu de choses dans ce traditionnel concours matinal depuis le combat du grand Camarito de Palha en 2009.

C'est Iván García qui est tombé sur Rastrojero de Moreno de Silva. L'homme a été hors du coup et débordé. Il avait pourtant un lot de toros pour couper trois oreilles, puisque le cinquième d'Alcurrucén, qui fut réservé et abanto façon Núñez en début de lidia, laissa entrevoir des ouvertures au troisième tiers.

Face au toro d'ouverture de ce concours, un Carriquiri, Antonio Barrera a servi un entêtement un peu long, et se fit même soulever lors d'une passe impossible dans le dos. Le Carriquiri lui fut bronco et court de charge. Et puis, Barrera a ensuite livré un magnifique combat face au quatrième, d'Esteban Isidro, un manso âpre et dangereux.

Il y avait également au cartel Morenito de Aranda, qui resta inédit au troisième tiers, puisqu'il toucha en premier lieu le Fidel San Román, prompt à la pique puis totalement vidé. Et en sixième, il affronta le beau jabonero de Joselito, qui entra avec vivacité en piste, pour lequel on avait à la fois espoir et méfiance, puisqu'il montra rapidement un manque de forces. Hélas, ce jabonero marqué du "4" (fer de La Reina) sur la cuisse s'est très rapidement décomposé.

Enfin, par rapport à cette corrida-concours de la Pentecôte 2012, il convient d'apporter deux précisions :
- Tout d'abord la rupture avec les années précédentes, puisque les toros du concours étaient dans les corrales de Vic depuis plusieurs jours, et n'eurent pas à subir cette fois le voyage matinal Logroño – Vic-Fezensac.
- Les picadors n'ont pas été bons.

Florent 

(Image : Rastrojero de Moreno de Silva) 

1 commentaire:

  1. Ils l'étaient d'habitude ? Globalement, m'en souviens pas...

    RépondreSupprimer