samedi 2 juin 2012

Vic-Fezensac 2012 : Tri sélectif

Je ne rendrai pas compte sur ce blog de la novillada matinale du 26 mai ainsi que de la corrida (matinale elle aussi) du 28 mai, pour la simple raison que je n'y étais pas.

Pour la "novillada 2+2" du samedi matin, le concept était étrange. Cette course s'est au final avérée  être une "novillada 3+2-1". Ce match matinal bizarroïde "département du Gers contre ville d'Espartinas" (cela pourrait très bien être le nom d'une jurisprudence du Conseil d'État) fut le choix des organisateurs, plutôt qu'une novillada formelle avec six cornus âgés de trois à quatre ans.

Quant à la corrida de Flor de Jara, je n'y fondais personnellement pas d'espoir, compte tenu du comportement plutôt endormi des pensionnaires de cet élevage à l'âge adulte. Compte tenu aussi du cartel piéton initial (Juan Bautista, Iván Fandiño, David Mora). Par ailleurs, à titre personnel, je n'ai pas compris la répétition de Juan Bautista après les Victorinos du Lundi de Pentecôte 2010 (salut au tiers et silence) et les Alcurrucén du Lundi de Pentecôte 2011 (salut au tiers avec division d'opinions et salut au tiers).

Florent

(Image : le lot de Flor de Jara aux corrales)

2 commentaires:

  1. Comme l'ignoble auto proclamée star internationale Si Mon Cul sonnait - pardon, Simon casas -, JB, fils de papa Jalabert, - JB, qui un jour n'eut pas un regard pour 100 aficionados Français en barrera, qui accomplirent ce jour-là 1000km pour le "supporter", dans la placita de FITERO où on compta en tout 400 spectateurs - fait partie du cadre hermétique où nous ne sommes admis que durant deux heures pour regarder et SE TAIRE après avoir payé notre TRÈS CHER droit d'entrée.
    Il n'y a rien à comprendre, Florent, et tu le sais bien, tout s'explique clairement:Donnant, donnant....
    Dans ce milieu, "ILS" ne se bouffent pas. Et comme JB économise traditionnellement autant son engagement que ses marques de sympathie, personne ne prendra jamais le risque de nous demander notre avis d'aficionados.

    Dernier exemple à Vic, où des aficionados qui osaient protester se firent copieusement insulter par la mafia callejonnesque.
    AH! On est bien.....

    RépondreSupprimer
  2. Le Sud Ouest n'est pas à vendre

    RépondreSupprimer