lundi 30 juillet 2012

Juillettiste (VI)

VRAIE DE VRAIE

Quel bonheur de voir tracé sur le sable d'Orthez le fer portugais des Herdeiros de Doña Maria Do Carmo Palha. La dernière sortie française, c'était lors de Céret de Toros 2004. Il y a déjà huit ans !

Au Pesqué, il y avait une affiche matinale originale. Puisqu'il est rare de voir à la fois du bétail portugais, un novillero de Saragosse, et un novillero Basque au cartel.
Quel bonheur de retrouver les protégés de Fernando Palha, loin d'être terrifiants, mais très corrects de présentation et surtout astifinos. Beaucoup de remates aux burladeros, de la solidité, de la mobilité, de la caste, et pas de docilité. Les cinq novillos ont pris sans rechigner un total de quatorze piques plutôt fortes et mal administrées. Ils n'ont pas plié. Tangerino, Laranjo, Agolado, Refilao et Bacatum ont vendu chèrement leur peau, et offraient en plus de cela bien des possibilités.

Les novilleros Imanol Sánchez et Iván Abasolo, ont été "en novilleros". C'est-à-dire sans métier affirmé, mais toujours volontaires, bagarreurs, vaillants et engagés. Parfois même davantage cascadeurs que novilleros, pas mal de volteretas ayant parsemé la matinée.

C'était une novillada authentique, une vraie de vraie, totalement dans l'esprit, avec le plaisir d'avoir enfin retrouvé dans un ruedo les cornus de Dom Fernando Pereira Palha.

Une vraie de vraie. Et si par hasard un prix de fin de saison venait récompenser cette course, il n'y aurait rien à redire.

Florent

(Image de Laurent Larrieu, Campos y Ruedos : Le quatrième Fernando Palha à la pique, Refilao, numéro 72)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire