lundi 26 novembre 2012

As de piques

Certaines idées, rares mais excellentes, passent souvent inaperçues.
En tauromachie, les prix aux triomphateurs de ferias existent quasiment partout, à l'instar des prix aux meilleures faenas. En revanche, pour le prix au meilleur toro, cela dépend des endroits. Et pour celui au meilleur tiers de piques... Il faut bien chercher, car les arènes où il existe ne sont pas légions.

Depuis une dizaine d'années maintenant, l'association des aficionados de Parentis-en-Born remet à chaque novillada un prix au meilleur tiers de piques. Ce prix porte par ailleurs le nom de Jean-Pierre Fabaron depuis la saison 2010, en hommage à cet aficionado, auteur du livre sur la tauromachie à Parentis-en-Born.

Les saisons précédentes, il y avait eu à Parentis des tiers de piques d'une intensité exceptionnelle. Si bien que pour la novillada de Raso de Portillo du 10 août 2008, ce sont les six picadors du jour qui se sont partagés le prix et ont salué en piste à la fin de la course.

En 2009, le prix au meilleur tiers de piques fut attribué à Miguel Angel Herrero qui a affronté le pensionnaire de Moreno de Silva lors de la novillada-concours. Le lendemain, le prix ne fut pas décerné pour la novillada de Raso de Portillo.

Remettre un prix au meilleur tiers de piques est une excellente idée. Encore faut-il ne pas le galvauder ou le brader. Ce qui n'est pas le cas à Parentis, puisque si l'on se penche sur les dernières novilladas, on voit que le prix est attribué de manière rigoureuse et correspond à chaque fois à un moment que l'on a toujours en tête.

Pour prendre l'exemple le plus récent, on se souviendra du magnifique tiers de piques de Juan Agudo cette année face à un novillo de Valdellán. Un grand moment de la saison, car la tauromachie ne saurait se limiter au troisième tiers au niveau de l'importance et des émotions. Les tiers de piques pourraient simplement relever de l'anecdote, mais fort heureusement, il y a encore des arènes qui le respectent, en le mettant en valeur, et en choisissant des toros ou des novillos aptes à le surmonter.

De 2010 à 2012, le prix Jean-Pierre Fabaron a été attribué quatre fois sur sept. En voici le palmarès.

Samedi 7 août 2010 : Prix non attribué lors de la novillada de Prieto de la Cal.
Dimanche 8 août 2010 : Prix attribué à Luis Carlos Pedrosa qui a officié face au deuxième Moreno de Silva.
Samedi 6 août 2011 : Prix attribué à Manuel Vicente qui a officié face à "General", premier novillo de Murteira Grave.
Dimanche 7 août 2011 (Matin) : Prix non attribué lors de la novillada de Francisco Madrazo.
Dimanche 7 août 2011 : Prix attribué à Roberto Barriga qui a officié face à "Leones", quatrième novillo de Valdellán.
Samedi 4 août 2012 : Prix attribué à Juan Agudo qui a officié face à "Partidario", quatrième novillo de Valdellán.
Dimanche 5 août 2012 : Prix non attribué lors de la novillada de Flor de Jara.

Florent

1 commentaire:

  1. Que c'est beau un puyazo dans le morrillo, puta madre...

    RépondreSupprimer