jeudi 10 janvier 2013

En 2013, retour à la novillada ? (III)

Les arènes vues de la voie ferrée

BOURG-MADAME

Les clichés illustrant cet article ont été pris il y a une dizaine de jours à peine. Comme vous pouvez le constater, les arènes de Bourg-Madame, à l'histoire taurine éphémère (de 1998 à 2004) sont toujours en place ! Elles sont a fortiori loin d'être en mauvais état.


Mon lieu de villégiature hivernale n'étant guère éloigné de Bourg-Madame (commune située à la frontière avec la Catalogne espagnole), j'ai découvert au hasard de la rue principale du village la présence de cette plaza de toros ! Elle ne revêt il est vrai aucun charme architectural, puisqu'il s'agit d'une portative, mais a la caractéristique d'être la plus haute d'Europe car située à 1 200 mètres d'altitude. Elle n'a donc pas bougé depuis le temps, et reste située entre un terrain de football et le chemin de fer du Petit train jaune.
Après avoir accueilli des corridas en 1998 et 1999, Bourg-Madame se tourna vers les novilladas avec picadors de 2000 jusqu'à l'ultime en 2004.
Ce type de courses étant à la baisse dernièrement, ces arènes pourraient de manière hypothétique retrouver une activité, le maire étant aficionado, et cette commune de Cerdagne membre de l'UVTF...

Florent 

L'affiche inaugurale

3 commentaires:

  1. Ta villégiature hivernale est-elle liée à la Madame du Bourg?

    RépondreSupprimer
  2. Non cher Xavier, je ne suis pas royaliste (cf : le nom du village est dû à la fille aînée de Louis XVI, puisqu'avant 1815, Bourg-Madame s'appelait "La Guingueta d'Ix")... et je n'ai pas de pied-à-terre (une chère et tendre) dans ce bourg au pied des Pyrénées.

    RépondreSupprimer
  3. Et je n'ai pas vraiment paradé dans le village, juste un passage, sinon les madames se seraient certainement tirées la bourre... Sans jeu de mots.

    RépondreSupprimer