lundi 23 décembre 2013

Toréer comme Ayrton Senna

Bientôt, l'année 2014 apparaîtra. Au début de l'été, l'évènement sportif majeur se déroulera au Brésil, à l'occasion de la Coupe du Monde de football.
Aussi, cette année 2014 coïncidera avec les vingt ans de la disparition de l'un des sportifs brésiliens les plus illustres. Ayrton Senna.

En se plongeant dans les archives à l'époque de ce tragique accident, le plus impressionnant était certainement la réaction dans les stades de football le soir du 1er mai 1994. On aurait pu croire au silence profond et invincible. Or à la place, les supporters de clubs brésiliens chantèrent et déployèrent des drapeaux à la gloire d'Ayrton Senna. Un peu comme si leur champion venait de remporter un titre supplémentaire ! Tandis qu'il venait de passer de vie à trépas.

N'étant pas passionné de sport automobile, je ne pourrais enchaîner les descriptions techniques inhérentes à ce domaine. En revanche, la réputation de Senna allait au-delà du simple cercle des férus de ce sport.
Dans les années 1980, Ayrton Senna est sorti de l'anonymat car il était courageux et prenait des risques. Champion du monde à plusieurs reprises, il l'a été car il s'avérait téméraire et sans peur.
En s'intéressant à la carrière de ce coureur automobile, on réalise les risques pris, cette façon de toréer les virages et de vaincre les situations les plus dantesques.

Chez Mc Laren, Senna était vêtu de rouge. Le rouge ! La couleur des toreros vaillants, dit-on par tradition.
Bien qu'elle n'ait pas de rapport direct avec le monde de la tauromachie, la trajectoire d'Ayrton Senna laisse à réfléchir. Certes, le point final de cette histoire fut dramatique pour cet homme adulé, mais c'est l'ensemble de son œuvre qu'il faut mesurer.

Avant de verser son sang et de laisser sa vie dans l'arène de Saint-Marin en 1994, Senna avait montré tant de courage pour se hisser au meilleur niveau.
Aujourd'hui, les toreros les plus adulés ne sont pas ceux qui prennent le plus de risques. Cela ne concerne pas seulement le choix des toros qu'ils affrontent, mais aussi leurs plans de carrière.
Et si être le plus passionnant des toreros n'était pas en fin de compte (hormis le fait de varier les types de toros affrontés) démontrer quelque chose de novateur, et fasciner en prenant plus de risques que les autres ?
Le monde de la tauromachie est à l'opposé de la Formule 1 des années de Senna. Les toreros les plus cotés sur le marché sont ceux qui choisissent soigneusement leurs opposants, tandis que ceux que l'on dénomme maladroitement les "seconds couteaux" ne disposent pas de cette possibilité.

C'est dommage, car voir un torero extraordinaire s'adapter à tout type d'adversaire donnerait une part de rêve supplémentaire. Sans se poser de questions, toréer avec vérité, comme Ayrton Senna toréait les circuits du monde entier...


Florent

3 commentaires:

  1. Il était en rouge chez Mc Laren.
    C'est prostichon qui roulait pour la scuderia.

    JPc

    RépondreSupprimer
  2. Ayrton Senna n'a jamais ete chez ferrari...
    Son costume de torero le plus connu puisque tu fais cette comparaison, etait fait de rouge et blanc les couleurs de maclaren honda. Bien que ses veritables couleurs fussent le jaune et le vert : celles de son casque et de son pays.

    RépondreSupprimer