lundi 6 janvier 2014

Appel à la censure


Les médias commencent fort bien cette nouvelle année. Aujourd'hui, on pouvait voir sur des chaînes de télévision en continu (BFMTV et LCI...) une vidéo d'une noyade hier après-midi à Biarritz.
Non non, vous ne rêvez pas, on a osé faire tourner en boucle de dramatiques images, puisqu'une personne est toujours portée disparue à l'heure qu'il est.

La déontologie journalistique est en berne, ce qui n'est pas nouveau, et les tragédies paraissent monnayables. La semaine dernière encore, ils se battaient pour avoir des images de l'accident de ski de Michael Schumacher...

Sur le banc des accusés, on retrouve donc des chaînes comme LCI ou BFMTV, qui ne font pas du journalisme, mais du commerce avec des drames qui leur semblent juteux. Un comportement pervers, irrespectueux, voyeur et digne des pires charognes.

J'ai personnellement été étonné en voyant qu'on avait osé diffuser ce genre d'images sur les écrans de télévision, en quête d'exploitation commerciale. Cela me fait réagir et je trouve cela honteux.
Si je suis en faveur de la liberté d'expression, il y a aussi de rares cas qui me poussent à être pour la censure. Or, filmer un quidam en pleine noyade et en relayer les images, cela devrait être censuré. J'espère que des institutions (tel le CSA) seront saisies sur ce sujet.

Ce qu'ils ont dû oublier de se demander, c'est ce que peut penser à cet instant la famille de la personne portée disparue.
Les médias s'enlisent donc de plus en plus dans la médiocrité, tendent à être des tabloïds plus que des journaux.
Alors, que l'on montre des vidéos d'un surfeur emporté par une vague, d'un sportif blessé, ou d'un torero qui reçoit un coup de corne, pourquoi pas, puisqu'il connaît ses risques et les a admis. En revanche, montrer la noyade d'un promeneur qui n'avait peut-être pas évalué tous les dangers, cela en est une autre...

Certains parleront probablement d'effet dissuasif avec la publication de ce genre de vidéos. Je n'y crois pas.

Pour ma part, j'ai simplement trouvé ça dégueulasse.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire