lundi 22 décembre 2014

Dans l'arène cérétane (Rétro 2014)


"La corrida c'est un combat, on appelle ça des toros de combat d'ailleurs, ce ne sont pas des enjoliveurs ou des faire-valoirs pour toreros, et les toreros ce ne sont pas des chanteurs de flamenco ou des danseurs de sévillanes. Nous ce que l'on veut à Céret ce sont des toros de guerre, et on va montrer qu'il en existe encore".


Jean-Louis Fourquet, président de l'ADAC, disparu au début de l'année 2014. 

1 commentaire:

  1. Mon cher Florent, la précision "et les toreros ce ne sont pas des chanteurs de flamenco ou des danseurs de sévillanes" me paraît d'un goût désastreux et ce pour deux raisons. Nombre de très grands toreros gitans ou autres appréciaient et admiraient cet art, et ceci me paraît représentatif d'une certaine aficion, un peu basse de plafond et qui aurait tendance à confondre tauromachie avec boxe. Le flamenco sous toutes ses formes a toujours été très proche des toreros et même d'immenses toreros, et en tous cas de la tauromachie. Mais peut être était ce una "broma" d'après boire.

    RépondreSupprimer