samedi 31 janvier 2015

Souvenirs d'Ajalvir

La première corrida de l'année 2015 en Europe a eu lieu cet après-midi à Ajalvir. Il y avait au cartel deux matadors (David Luguillano ; qui commence à avoir des cheveux blancs, et Morenito de Aranda) et un rejoneador (Iván Magro), face à des cornus de Saboya, Monteviejo et Urcola.
Ajalvir, et ce souvenir de l'année 2009... La veille, nous étions allés chez Raso de Portillo, près de Valladolid, découvrir cette ganadería dont l'histoire est fabuleuse.
Le 31 janvier 2009 à Ajalvir, il y avait une corrida de Rocío de la Cámara (autre fer qui possède une belle histoire) pour Javier Rodríguez, Sánchez Vara et Torres Jerez. Les "Rocíos" n'avaient malheureusement rien à voir avec leur réputation passée. Six toros diversement présentés, sans allant à la pique, sans forces, et sans étincelles non plus. Sept oreilles, devant des gradins aux trois quarts dégarnis, et un froid qui aurait pu faire penser à une corrida dans la banlieue d'Helsinki.
Mais Ajalvir est située en périphérie de Madrid. Au Nord-Est de la capitale, peu après l'aéroport de Barajas, se dresse cette arène portative qui chaque année est la première à célébrer des corridas. Pour la forme surtout, car au fond, il n'y avait ce jour-là pas grand chose à se mettre sous la dent.
L'alguazil, frigorifié, portait même un survêtement au moment de faire le paseo !
Le lendemain, dimanche 1er février, une tempête de neige s'abattant sur la Castille avait conduit à l'annulation de la seconde corrida. Sur la route du retour, coupée par un ouragan blanc, on entendait à la radio l'exploit de l'équipe de France de hand, qui ce jour-là avait été championne du monde pour la troisième fois, en Croatie, contre la Croatie ! Six ans plus tard, ce sera encore une finale, avec la curieuse équipe du Qatar... Et il y a toujours des corridas à Ajalvir.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire