samedi 25 avril 2015

Affiches cérétanes

Quand à l'hiver 88, les membres de l'ADAC (Association des Aficionados Cérétans) partent à la recherche de bêtes cornues pour monter une corrida, ils sont certainement très loin de s'imaginer que vingt-sept ans plus tard, leur entreprise bénévole sera toujours en place.
Mieux encore, Céret est aujourd'hui le dernier rempart d'une région qui a complètement tourné le dos à la tradition des toros. Chaque année désormais, la saison taurine catalane commence au mois de juillet, avec Céret de Toros, et se termine trois semaines plus tard, avec la novillada de Millas ! A l'aube de l'ADAC, dans les années 80, la Catalogne (Nord et Sud compris) célébrait pourtant une bonne centaine de courses annuelles, avec de nombreuses arènes en activité. Les temps ont changé.
Pour 2015, on doit l'affiche de Céret de Toros au mexicain Carlos Salgado, qui a établi sa résidence en Andalousie. Son affiche, rouge et noire, représente un toro sérieusement armé et dont l'oeil est inquiétant. Un toro que l'on ne peut pas rater. A bien y regarder, depuis 1988, aucune affiche de l'ADAC n'avait autant mis le toro en avant. Étrange, car en piste, c'est grâce à cet élément central que l'ADAC a bâti sa réputation.
Une réputation, et des discussions innombrables, toujours autour du toro, pour les gens de cette association, aussi bien à Céret que sur la route du campo, en allant chercher des toros si peu vus dans d'autres arènes.

Par une vision lointaine et extérieure, Céret est souvent considérée comme une arène rustre, brutale et ancestrale. Cette arène, fière de ses couleurs, n'a jamais échappé aux caricatures. De Céret, on a souvent entendu dire qu'il n'y avait que des tiers de piques, des toros lourds et dispoportionnés, et des toreros pour lesquels il n'existait aucun intérêt et aucune compassion.
Mais la réalité est ailleurs, et il faut entrer dans l'arène de Céret pour comprendre. Certains élevages ont fourni ici leurs toros les plus braves, comme José Escolar Gil, dont on pourrait citer une multitude de toros illustres.
Quant à la reconnaissance des toreros à cet endroit, c'est un peu la même chose. Certains matadors n'ont jamais été autant acclamés qu'à Céret... et pas seulement Fernando Robleño. Il reste, parmi tant d'exemples, le souvenir d'Alberto Aguilar, longuement ovationné par le public comme s'il avait coupé quatre oreilles en 2010, tandis que son épée venait de le laisser sans aucun trophée.
Idem pour les subalternes. Combien de picadors a-t-on vu effectuer des tours de piste en compagnie de leurs maestros ? Et pour les piétons, il y a aussi l'image du subalterne José Otero Beltrán, applaudi (public debout) pendant près d'une minute, après avoir posé les banderilles au balcon face à un improbable et fougueux novillo portugais, de chez Irmãos Dias.

Chaque année, la même incertitude plane toujours sur Céret, avec une feria tellement courte qui pourrait bien entendu être un succès... ou alors osciller totalement vers le fracas.
A l'heure qu'il est, il y a en toile de fond le dessin de ce toro, de Carlos Salgado, tout en courbes, comme s'il était dessiné au compas. Il fait partie de ces toros dont on rêve à Céret, puissants, combatifs, et aux cornes affirmées, tels que les aimait Jean-Louis Fourquet. Ce toro imaginaire rappelle plusieurs véritables estampes combattues sur la piste catalane. Pêle même, Luis Terrón, Manuel Assunção Coïmbra, des cornes à n'en plus finir...
Dans le même temps, les cornes de ce toro évoquent aussi Céret et sa région, sa tradition sang et or. Chaque année, une semaine après Céret de Toros, un festival de sardanes prend possession des arènes. Les danseurs de sardanes, eux, ont les bras vers le ciel, exactement de la même façon que les cornes de ce toro.
Cette année, et contrairement aux précédentes, il n'y aura pas de novillada pour la feria, mais des lots de Juan Luis Fraile, Dolores Aguirre et Adolfo Martín, trois élevages qui possèdent un lien particulier avec Céret, et des toreros confirmés choisis pour les affronter.  

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire