jeudi 11 juin 2015

Rafael Da Silva

Quand disparaît un personnage de la corrida autre qu'un célèbre matador ou ganadero, les écrits se font toujours plus laconiques. C'est ainsi. La corrida est hiérarchisée de façon à ce que l'on retienne avant tout les matadors.

Il existe aussi, dans ce même monde de la tauromachie, des parcours bien réels, mais auxquels même les imaginations les plus débordantes n'auraient pas songé un seul instant.
C'est le cas de Rafael Da Silva, picador portugais disparu au début de la semaine. Car avant de devenir cavalier et picador, Rafael Da Silva avait débuté dans les toros comme forcado !
Fort surprenant également, le tiers de piques est interdit depuis des lustres dans les arènes portugaises ! Pour cette raison, Rafael Da Silva, qui était l'oncle du rejoneador Diego Ventura, a souvent dû franchir les frontières pour honorer son métier.
Parmi les cuadrillas les plus notables dans lesquelles il figura, on peut noter celles de Víctor Mendes, José Ignacio Ramos, Stéphane Fernández Meca, Luis Miguel Encabo, et Luis Vítal Procuna.

Il faut aussi impérativement mentionner que Rafael Da Silva eut des apparitions très remarquées chez nous, en France, il y a une petite dizaine d'années.
Le 15 juin 2003, il réalisa un tour de piste avec Stéphane Fernández Meca à Aire-sur-l'Adour, après le combat d'un toro de Victorino Martín.
Le 13 septembre de la même année, il recevait le prix au meilleur picador de ce qui fut à ce jour la dernière corrida-concours célébrée aux arènes de Dax. Rafael Da Silva piqua à cette occasion pour le compte de Stéphane Fernández Meca face à un toro d'Escolar Gil.

Mais surtout, le piquero portugais fut au paseo le 3 juin 2006 à Vic-Fezensac, dans les files de Luis Miguel Encabo. Son adversaire du jour s'appelait "Velonero", le fameux "Velonero", de José Ignacio Charro, l'un des toros les plus importants combattus à Vic.
Comme le montre l'image d'archives de cet abrazo avec Luis Miguel Encabo, Rafael Da Silva avait été invité à saluer en piste ce soir-là.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire