lundi 1 juin 2015

Suertes anciennes

Si la feria de Vic s'est achevée avec une sérieuse corrida de Dolores Aguirre, elle a également vu un geste qui mérite à lui seul une chronique.
Face au deuxième toro de l'après-midi, Raúl Ramírez, subalterne dans la cuadrilla de Sánchez Vara, a revisité une suerte d'un autre siècle, qui consiste à survoler le toro à l'aide d'une perche.
Devenu obsolète, ce geste ne semblait appartenir qu'aux vieux tableaux que l'on peut parfois contempler. Mais depuis plus d'une saison maintenant, ce fameux Raúl Ramírez a ressorti ce geste des livres d'Histoire, pour l'accomplir face à des toros de respect.

Dans le monde de la tauromachie, Raúl Ramírez est un personnage atypique, puisqu'il est à la fois banderillero, recortador... et aussi patron d'une société d'arènes portatives en Castille ! Âgé de 39 ans, il a déjà trois structures métalliques à son nom, sur lesquelles la mention "Plaza de toros Raúl Ramírez" est floquée ! Comme lui, il existe d'autres banderilleros qui parallèlement ont eu une carrière de recortador. C'est notamment le cas de l'aragonais Jesús Arruga, de la cuadrilla d'Iván Fandiño, qui fut champion d'Espagne des recortadores à plusieurs reprises.

Dans l'arène, chaque geste d'esquive face au toro évoque la tauromachie dans sa forme la plus primitive. Ces dernières décennies, les arènes du Sud-Ouest ont plusieurs fois vu des toreros landais réaliser des exploits d'un jour, avec des écarts ou des sauts face au toro pendant des corridas. On pense ainsi aux regrettés Guillaume Vis "Ramuntchito" et David Casarin ; ou encore à Laurent Martínez, Didier Goeytes, Claude Lagarde, et plus récemment encore Emmanuel Lataste.
Le saut à la perche ("garrocha"), tel qu'il a été effectué par Raúl Ramírez, était beaucoup plus rare jusqu'à présent.

Ce Ramírez n'est d'ailleurs pas du tout doté du même physique que les perchistes olympiques que l'on voit habituellement à la télévision. Il a un petit gabarit, sans que cela ne soit péjoratif.
De plus, sauter à la perche, sur le sable mouvant et doré de l'arène, n'est pas une tâche évidente ! Que dire alors quand se trouve en piste un toro de Dolores Aguirre...
Il convient d'allier agilité, précision et lucidité. A Vic, Raúl Ramírez s'est envolé au-dessus des cornes de "Burgalés" de Dolores Aguirre, offrant aux photographes la possibilité de saisir une image d'un autre temps.
Le prochain rendez-vous français du fantasque Raúl Ramírez devrait avoir lieu le 12 juillet, à Céret, face aux toros de Juan Luis Fraile.

Florent


(Image de Laurent Bernède : Le saut à la garrocha de Raúl Ramírez)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire