samedi 17 octobre 2015

Desplantes

Le geste du desplante n'a théoriquement aucune valeur dans le toreo. Il est généralement réalisé en fin de faena et n'a pas d'effet sur le toro. Ce n'est d'ailleurs pas un élément que l'on puisse retenir à la sortie d'une arène.
Il en existe de toutes les sortes, et son appréciation varie, selon qu'il s'effectue devant les gradins soleil de Pamplona, ou au pied du Tendido siete de Madrid. Il a habituellement mauvaise réputation, surtout quand il est racoleur et frôle la vulgarité. Sans intérêt, on l'attribue aux toreros pueblerinos venus distraire un public occasionnel. Au mieux, il servira pour la photo.

En fait, évaluer un desplante est difficile. S'il s'effectue à toro arrêté, en fin de faena, on le trouvera souvent grossier. Mais c'est probablement le toro qui définit le desplante, en fonction de sa position à ce moment-là, et le danger qu'il représente.
Et on jugera ce geste compte tenu de son exposition, plus ou moins téméraire. Pour être bon ou appréciable, il devra être exécuté au moment opportun, et à une distance qui le rend respectable.

Sur cette photo de François Bruschet, prise il y a cinq ans aux arènes d'Arles, on voit de dos Rafaelillo. Déjà habitué aux rendez-vous tendus, il affrontait ce jour-là "Intruso" de Miura, le cinquième toro de l'après-midi, sous le froid et la pluie. Cela avait été un combat haletant, alternant entre plusieurs naturelles de face extraordinaires, et les coups de tête imprévisibles du toro de Zahariche. Rafaelillo avait été d'un courage sensationnel, celui de ses plus grandes heures.

En fin de faena, sur un énième coup de tête, "Intruso" a désarmé Rafaelillo. Et c'est alors que ce dernier, face au Miura en plein mouvement, a réalisé un desplante qui n'était nullement prémédité. Un beau desplante, comme un dernier défi ou presque.
Cinq ans plus tard, Rafaelillo poursuit sa carrière dans ce même créneau de corridas. Avec ces toros-là, si ne serait-ce qu'un desplante a de la valeur, alors il faut imaginer ce que représente tout le reste.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire