mardi 21 février 2017

Séville 2017

Tour de piste d'un matador, d'un picador et d'un mayoral. Tomás Campuzano, Francisco Martín, et Luis Saavedra, emblématique mayoral de la maison Guardiola. Séville 1988.
Le genre d'image que Séville aura du mal à voir dans un futur proche, avec ses affiches presque toutes tournées vers les corridas de figuras. Et puis parce que Luis Saavedra est mort, que la superbe maison Guardiola a périclité et que la quasi-totalité du bétail est partie à l'abattoir.
Des affiches de Séville tournant en large majorité autour des vedettes donc, mais laissant une petite place (il faut le reconnaître) aux jeunes promesses. Vedettes que l'on considère ainsi, et pour lesquelles, sans même évoquer les fers les plus "toristas", ce serait le bout du monde de s'annoncer avec des toros de Cebada Gago ou de Baltasar Ibán. Mais Séville semble bien peu se soucier de ce qui peut se passer ailleurs sur la planète des toros, que ce soit en France, ou même au Mexique : dernier exemple en date, Sergio Flores qui a ouvert deux fois la grande porte de México cet hiver n'est pas à la Maestranza.
Et Séville qui, par ailleurs, programme des alternatives traquenards en toute fin de saison. Traquenards pour ceux qui les prennent, si jamais une des vedettes les accompagnant s'avérait dans un grand jour... les mettant ainsi à l'anonymat pour au moins plusieurs années.

Florent

1 commentaire:

  1. Salut Florent
    Voila une photo et un article qui feront plaisir à Maurice puisqu'il fut un ami de Luis Saavedra. Plaisir certes mais vraisemblablement empreint de nostalgie de voir que cette ganaderia, qui terminait traditionnellement, à l'époque le lundi, la feria de Seville, a maintenant disparu. Tu pourras évoquer avec lui cette période des années 80/90 samedi lors de notre réunion amicale aux sympathiques arènes provençales de... ou tu sais. Patrick Sabatier

    RépondreSupprimer