dimanche 12 mars 2017

Make tauromaquia great again ?

"Fusilero" de José Vázquez, le premier toro gracié de l'année 2017 en Europe, ce samedi après-midi à Illescas (Tolède). Mais surtout une image qui en dit long...
Cette photo parue sur le site Mundotoro montre des gradins dont l'attention est détournée du toro auquel on vient d'accorder l'indulto. On devine ces spectateurs, dans leur majorité, aux yeux rivés sur José María Manzanares qui vient de finir sa faena, mais qui n'ont pas de réel engouement pour le petit toro encore en piste. Comme un tableau de peintre que l'on pourrait intituler "Les gens s'en foutent".
L'indulto en tauromachie (dans la théorie, pas dans les faits de ces dernières années...) est pourtant quelque chose de mystique et d'idyllique. Un toro rare, exceptionnel, que l'on n'est pas sûr de revoir dans sa vie d'aficionado.
Mais sur cette photo là, il n'y a absolument rien de rare. Le public semble bien plus passionné par ce que vient de faire Manzanares que par le comportement du toro gracié. D'ailleurs, sur les chroniques déjà parues, on ne sait même pas ce qu'a donné ce "Fusilero" au moment de la pique, ni même s'il a vraiment été brave.
Comble de la décadence, en callejón, deux badauds agitent la main comme s'ils appelaient une vachette d'Intervilles. Alors que ce toro gracié devrait être un modèle de toro brave, de toro de combat, pas un faire-valoir que l'on galvaude de cette façon.
A l'affiche, il y avait la réapparition pour un jour du sévillan Pepe Luis Vázquez, avec Morante de la Puebla et José María Manzanares. Un cartel pour faire joli, des arènes pleines, le succès médiatique assuré. Mais au-delà du fait de remplir les arènes et d'obtenir l'équilibre économique, il serait quand même dommage de ne pas approfondir les choses.
Dans le cas contraire, ce sont les non-événements comme cet indulto qui fleurissent...

Florent

1 commentaire:

  1. Bien vu Florent, félicitations! Cet indulto me parait bien surfait; moi aussi je râle souvent de voir que les vidéos concernant un toro indulté ne montrent que très rarement le tercio de piques. Cela démontre bien les dérives et les excès de l'indulto dit "moderne" basé sur la "noblesse et plus du tout sur la bravoure (du moins en ce qui concerne les arenes de "figuras", heureusement, pour l'instant du moins Vic et Ceret ne sont pas tombés dans ces excès là. Alors profitons en et ne nous privons pas d'y aller!)Patrick Sabatier 13300

    RépondreSupprimer