lundi 23 avril 2018

Adiós, Chulo !

En mémoire de Bernard.

3 commentaires:

  1. Salut Florian
    je l ai connu par son blog où il semblait très engagé non seulement sur la tauromachie mais aussi à propos de Madagascar et particulièrement à propos de la guerre d'Espagne et le franquisme. Je me demande ce qu' il a pu dire en lisant TOROS du 30 mars 2018 sur lequel Pierre Dupuy (ex directeur de la revue)réagit à un excellent article de Justine Guitard (TOROS n° 2064)au sujet de l instrumentalisation de la corrida par Franco. Une réaction qui à mon point de vue n avait pas sa place car il est clair que par le prisme de la corrida, P Dupuy y défend la politique menée par Franco.
    Certes la corrida est notre passion mais de là à justifier le franquisme en arguant du fait que si les Républicains étaient restés au pouvoir la corrida n existerait plus c'est fort de café! A t on le droit de crier "vive Franco" pour autant? Les souffrances infligées au peuple espagnol ont été bien trop importantes pour cela. De plus, nul ne peut affirmer à 100% que la fiesta brava n aurait pas continué d'exister en cas de victoire des républicains puisque P Dupuy lui même reconnait que certains toreros appartenaient à ce camp républicain.
    Dommage que la rédaction actuelle de la revue ait accepté de publier cette "réaction" dont on peut dire de l auteur qu' il est visiblement d une autre époque (je ne fais aucunement allusion au plan tauromachique),visiblement dépassé et arc bouté sur des idées largement éculées. Décidément cette publication ne grandit pas la revue (on s'étonnera après que certains continuent à faire l amalgame entre corrida et franquisme) et cela d autant plus qu' elle se termine par une citation latine qui est à la limite du respect dû à l excellent travail de recherche de Justine Guitard.
    Pour moi cette réaction est quasiment de la même veine que les propos tenus par A Viard sur terres taurines au sujet de Madame Simone Veil il y a maintenant quelques années: c'est vraiment désolant et affligeant.
    Il en est de même pour le décès de Bernard Pene qui me manquera pour son érudition, ses analyses judicieuses, passionnantes et enrichissantes dont je me délectais sur son blog: ADIOS CHULO. Patrick Sabatier 13300 Salon (simple mais attentif abonné à TOROS)

    RépondreSupprimer
  2. Bernard GRANDCHAMP25 avril 2018 à 17:33

    Florent bonsoir,

    Triste nouvelle en effet!...
    Je venais rendre visite à ton blog, comme je le fais de temps en temps pour ne pas perdre tout à fait pied avec le "mundillo" - m'éloignant peu à peu des arènes par manque progressif de goût pour des toros devenus eux-mêmes sans goût pour les raisons basiquement "commerciales" que l'on sait!...

    Bernard Pene, El Chulo! , je ne l'ai jamais rencontré mais j'ai eu le plaisir et l'honneur d'échanger avec lui via son blog il y a quelques années - et un temps assez assidûment, un peu par hasard à l'époque où je me rendais régulièrement à Orthez lorsque les arènes étaient "tenues" par mon cher Xavier Klein!... J'aurais pu alors rencontrer Chulo, mais cela ne s'est pas fait - et comme avoir du regret ne sert à rien...
    Avec Chulo, au fond, j'aurai plus échangé sur la guerre d'Espagne que sur les toros, tant il était non tant intarissable sur le sujet qu'à la fois très précis et très rigoureux... Et il était aussi, du moins lorsque nous avons échangé, assez désabusé déjà sur la tauromachie et son avenir. Alors, à l'amoureux de la langue française qu'il était, et en pensant au sort que l'aficion risque bien de connaître, je dédierai ce superbe passage de Chateaubriand dans ses Mémoires d'Outre-Tombe : "Des peuplades de l'Orénoque n'existent plus; il n'est resté de leur dialecte qu'une douzaine de mots prononcés dans la cime des arbres par des perroquets redevenus libres, comme la grive d'Agrippine qui gazouillait des mots grecs sur les balustrades des palais de Rome"...

    Merci Florent pour ta sobriété, qui signe aussi le superbe arrêt sur image de l'immortel Antoñete (si Bernard ne connaissait pas ce cliché, nul doute qu'il l'eût apprécié autant tauromachiquement qu'esthétiquement!)

    Olé Chulo!

    Bernard Grandchamp "Largo Campo" ("apodo d'aficianado" que Bernard m'avait inventé, et dont je suis fier sans fausse modestie qu'il me soit venu de lui)

    RépondreSupprimer

  3. ! Txulo Presente !

    ernestotriste

    RépondreSupprimer