lundi 30 avril 2018

Arènes de plage


Souvenir d'une corrida de Robert Margé, le 30 avril 2016 aux arènes de Palavas, avec Juan Bautista en seul contre six. Il y avait un vent infernal ce jour-là alors que le lot de toros était bien présenté et fort intéressant.
Malheureusement, c'est la dernière année où il y a eu des corridas à Palavas. On qualifiait souvent d'arènes de plage les plazas situées sur le littoral, de façon un peu péjorative, du fait de leur emplacement géographique, et à cause de la légèreté dans les critères des publics. Mais ces arènes organisant toutes des corridas et des novilladas permettaient la continuité de la tradition taurine. Un terrible constat, en 2018, sur le littoral méditerranéen, côté français, il ne semble rester qu'une seule arène de corridas : les Saintes-Maries-de-la-Mer.
La liste d'abandons, pour sa part, s'est allongée : Fréjus, Le Grau-du-Roi, Palavas, Le Barcarès, Saint-Cyprien, Argelès-sur-Mer, Collioure... Et côté espagnol, elle est encore bien plus conséquente.

Florent

1 commentaire:

  1. Salut Florent
    Bien sur, tout comme toi,je déplore de voir de moins en moins d'arènes en activité mais il faut quand même reconnaitre que la responsabilité en incombe à certaines empresas et municipalités dirigeantes qui programmaient des "spectacles" (volontairement je n' emploie pas le mot corrida)aux places souvent très chères avec des toros(?) de merde (à quelques exceptions prés); à force de prendre les gens pour des cons voilà ce qu' il finit par arriver!
    Plus inquiétant, me semble t il, est le risque plus récent et qui prend de l ampleur de voir fermer des arènes toristas à cause de la diminution à vitesse grand V des encastes minoritaires Patrick Sabatier 13300

    RépondreSupprimer