vendredi 6 avril 2018

Pedraza Tour


Si la ganadería de Pedraza de Yeltes est en haut de l'affiche, cela fait seulement cinq ans qu'elle s'est présentée en France. Et ce ne sont que six arènes qui ont eu le privilège d'en avoir.
Garlin d'abord, qui depuis 2013, programme chaque année au mois d'avril une journée Pedraza de Yeltes avec huit novillos, deux le matin pour une fiesta campera de qualification, et six l'après-midi en novillada. L'autre arène qui a proposé des novillos de Pedraza, c'est Saint-Perdon, pour la traditionnelle novillada-concours aux arènes de Mont-de-Marsan, à quatre reprises.
L'émotion, en tauromachie, ne se quantifie pas en toros graciés, en tours de piste ou en sorties en triomphe. Mais la régularité de ce récent élevage est plus que surprenante.
44 novillos combattus, entre ceux des novilladas et fiestas camperas de Garlin, et ceux des novilladas-concours de Saint-Perdon. Six exemplaires primés d'un tour de piste, et deux fois le prix au meilleur novillo à Saint-Perdon.
En corridas, ce sont seulement quatre arènes qui en ont vu défiler sur leurs sables respectifs : Dax avec quatre corridas complètes, Arles avec deux corridas complètes, Vic-Fezensac et Nîmes avec un toro. 38 exemplaires au total, six tours de piste, trois fois le prix à la meilleure corrida de la saison dans le Sud-Ouest !
Si parfois on a tendance à déplorer les mouchoirs bleus faciles, en ce qui concerne Pedraza, ils sont très rarement galvaudés, tout cela parce que le toro type de la maison a de quoi satisfaire pleinement l'aficionado. Forte présence physique, combativité à la pique puis à la muleta, où s'ils permettent le triomphe, ces toros-là restent très exigeants. Toros de sueur, qui obligent les toreros à se surpasser.
Cinq ans seulement, et plein de souvenirs déjà, des Miralto, des Bello, des Resistente, des Potrillo, des Brigadier...
Et pour 2018, hormis la novillada de Garlin ce dimanche, trois corridas portant le fer de Pedraza de Yeltes seront combattues en France. Sept toros pour Dax, la plaza fétiche de l'élevage en corridas, une corrida à Vic-Fezensac pour Pentecôte, et aussi une corrida à Béziers, où déçus par la traditionnelle corrida de Miura de l'an dernier, les organisateurs ont cette fois décidé d'opter pour Pedraza de Yeltes en espérant que ce lot sera dans la lignée de ce qui a fait le succès de l'élevage.

Florent

(Image de Niko Darracq : Le toro Brigadier en 2017 à Dax)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire