mercredi 26 septembre 2018

Les grilles d'Arganda


Arganda del Rey se situe à une vingtaine de kilomètres à l'Est de Madrid. On peut s'y rendre en bus, ou même en métro, puisqu'il existe une ligne directe depuis la gare d'Atocha. Mais le plus simple et le plus rapide reste tout de même la voiture. On peut d'ailleurs se garer près du début du parcours de l'encierro, où les offrandes florales des peñas locales en honneur de la Virgen de la Soledad sont impressionnantes.
Le camion des novillos est là, et le parcours d'encierro dressé. Tout au bout, la plaza de la Constitución, transformée en arène, possède quatre tribunes, dont l'une d'entre elles, côté église, compte près de trente rangs !
En bas, il y a des grilles, et la piste a des airs de cour de récréation géante, entièrement axée sur le toro. Les grilles, elles, sont faites pour être franchies... Lors des capeas du matin et du soir, on rentre, on sort, on cherche le refuge, mais les nombreux mouvements frôlent parfois la bousculade. Ils peuvent même être plus dangereux que les toros. L'important, c'est de s'abriter à temps.
Même tôt le matin, l'ambiance d'Arganda est incroyable, avec des arènes bondées, et la musique à fond. Un truc à voir, à découvrir.
Le rectangle de sable, pour sa part, est assez grand, avec des pentes dangereuses à certains endroits. Pour les cuadrillas qui y toréent la novillada du soir, c'est à la fois un cauchemar et un casse-tête. On ressort des arènes d'Arganda avec des images inédites, de subalternes ou de novilleros qui escaladent les grilles, pour échapper aux cornes, après avoir posé les banderilles ou porté l'estocade.
Une stupéfiante tradition de la capea du soir consiste à faire sortir en piste le sobrero qui n'a pas été utilisé lors de la novillada ! C'est ainsi qu'en ouverture, le lundi 3 septembre un peu après 21 heures, déboulait sur le sable un imposant novillo de Dolores Aguirre.
Côté mairie, il y a une statue en hommage aux recortadores, car Arganda est considérée comme leur "berceau". D'ailleurs, cette année, il y avait une particularité sur l'affiche des novilladas, avec la présence du novillero Rubén Fernández, dit "Cuatio", d'Arganda del Rey. Soutenu par le public, il était auparavant recortador, et même champion d'Espagne à plusieurs reprises dans ce domaine, avant de se consacrer au toreo. Drôle d'histoire et curieuse arène.

Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire