mardi 9 octobre 2018

Le banc de Colmenar


En passant par là, un peu par hasard. Colmenar de Oreja, au Sud de la région de Madrid, quasiment à la limite avec la province de Tolède. À la découverte de cette typique place de village de Castille, sans pour autant s'attendre à y voir l'arène installée.
L'affiche, placardée sur les murs aux alentours, n'avait été publiée nulle par sur Internet. Pourtant, elle l'assurait : corrida à Colmenar de Oreja et sur cette place le samedi 8 septembre. Une façon de redécouvrir les cartels à l'ancienne, dans la rue. Ni sur un journal, ni sur les réseaux.
Le 8 septembre est l'un des jours plus taurins de l'année en Espagne avec le 15 août, et il y a plus que l'embarras du choix.
D'autres villes existent en Espagne portant le nom de Colmenar, dont la traduction signifie le rucher.
Dans cette arène de Colmenar de Oreja, montée sur la place, on peut apercevoir un banc en contre-piste.
Cela rappelle que dans de nombreuses arènes, en piste où en callejón, il y a des obstacles. Inamovibles, comme des fontaines, des bancs, des trottoirs, ou même des arbres.
En parlant de fontaines, il existe encore quelques places en Espagne où il y en a une au centre de la piste. Et d'anciens toreros ou maletillas diront à ce propos qu'elles leur ont sauvé la vie plus d'une fois pour échapper aux griffes et aux cornes de vieux toros roublards, dans les capeas. Salvatrices.
Le curieux banc, ici, doit faire office d'escabeau et permet de mieux voir. Plein de détails.
À m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi... Il est quand même plus sympa celui de Colmenar de Oreja.


Florent




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire