dimanche 6 octobre 2019

Mejorada del Campo, maison de Dieu porte du ciel


En étant plus jeune, lors de fins d'été passées à La Rochelle à la recherche de destinations méridionales pour voir des bêtes à cornes, je me disais qu'un jour je partirais tout le mois de septembre.
Et le voyage pourrait commencer ici, à Mejorada del Campo. Il faut d'entrée préciser que niveau paysage, ce n'est pas ce qui fait le plus rêver en Espagne, loin de là. Banlieue, constructions précaires, habitats parfois très délabrés. Niveau toros, en revanche, avec entre autres Arganda del Rey juste à côté, entre les encierros et les novilladas, il y a matière à ne pas s'ennuyer.
Je ne possède pour ma part pas d'attrait spécifique envers la religion, et puis il faut dire que chacun voit et apprécie le sujet à sa manière.
En Espagne, de la façon dont sont célébrés les saints patrons, les vierges, les cultes et les processions, il y a quelque chose de très pittoresque.
À Mejorada del Campo, qui est un village situé à 20 kilomètres de Madrid, la curiosité est une cathédrale en construction.
C'est celle de Justo Gallego, qui vient de fêter ses 94 ans au mois de septembre, et qui l'a érigée sur un terrain appartenant à son père.
Justo Gallego, dans sa jeunesse, a vaincu la tuberculose. Et en 1961, à base de donations et de matériaux de récupération, pour remercier Dieu et la Vierge du Pilar, il a décidé de construire seul cette cathédrale.
Aujourd'hui encore, on peut apercevoir dans les recoins de cette cathédrale l'homme usé par l'âge. Et à chaque fois que je passe par là, que ce soit à Arganda ou d'autres villages de la région, je m'y arrête. Car elle est fascinante cette conviction des hommes quand ils ont décidé d'aller jusqu'au bout d'une idée. À l'intérieur de la cathédrale trône l'inscription : Maison de Dieu, porte du ciel.
Concernant le plan tauromachique de Mejorada del Campo, il ne faut pas être trop pressé pour noter dans l'agenda les cartels, parce que l'affiche de la feria est généralement bouclée dix jours environ avant sa célébration !
Il y a des encierros et quatre novilladas, trois d'entre elles autour du 15 septembre, et une quatrième le 12 octobre avec des novilleros triomphateurs.
Particularité de Mejorada, il s'agit d'une grande arène métallique, mais qui n'a pas bougé depuis son inauguration en 1988. Par ailleurs, beaucoup de communes en Espagne possèdent leur propre arène portative mais la laissent en place à l'année.
Que ce soit au-dessus de la cathédrale de Justo Gallego et des arènes de Mejorada del Campo, le trafic aérien est incessant et permanent, car l'aéroport de Madrid – Barajas est à proximité. Avec parfois des avions toutes les minutes à certains moments de la journée.
Pour les encierros de Mejorada del Campo, comme en atteste une affiche, ce sont des toros français de Tardieu qui avaient été retenus cette année, avec l'un d'entre eux portant le nom de "Nimeño".
Le samedi 14 septembre, si le ciel avait été clément pour les encierros et la capea du matin, il a en revanche été impitoyable l'après-midi. La novillada avec picadors avec un lot de Julio García (d'origine Fuente Ymbro) pour Javier Montalvo, Aitor Fernández et Daniel Menés a dû être annulée à cause d'une piste devenue impraticable.
Mais l'on reviendra à Mejorada, voir le vieil homme et sa cathédrale, et peut-être aussi une course de toros si les cieux l'autorisent.

Florent

Aucun commentaire:

Publier un commentaire