jeudi 21 novembre 2019

Le précieux almanach


Aller voir des toros dans les rues, c'est assurément découvrir un autre monde quand on est habitué à celui des corridas. Néanmoins, il paraît lui aussi passionnant, et sa découverte n'engendre pas une sensation de choc de cultures. Au contraire, il s'inscrit même dans la continuité, et c'est une déclinaison de la fête des toros.

Dans la région de Valencia, avec les trois provinces que sont celles de Valencia, Castellón et Alicante, ce sont plusieurs milliers de toros de combat qui chaque année arpentent les rues des villes et villages.

Celui de La Vall d'Uixó, dans la province de Castellón, en est un beau témoignage. En 2020 à La Vall d'Uixó, d'avril à octobre, les différentes peñas et associations taurines locales annoncent pas moins de cent lâchers de toros dans les rues de la commune !

Et l'excellente revue "Bous al carrer", d'Alberto de Jesús, permet de mieux visualiser le panorama de ces fêtes. Pour les corridas et novilladas, on a toujours une affiche qui traîne, avec l'élevage et les toreros engagés. Avec les toros de rues, c'est plus flou et forcément moins évident. Mais "Bous al carrer" permet heureusement de faire la synthèse.

Comme son nom valencien l'indique, cette revue que l'on peut trouver dans des tabacs-presse offre une large place aux toros dans la rue, mais aussi aux courses de recortadores, et s'ouvre également aux corridas, dont il y a des reportages.

La dernière partie est consacrée aux photos des toros achetés par les différentes associations et qui prochainement vont sortir dans les rues de la Comunidad Valenciana et d'ailleurs en Espagne.

Cela intrigue, attire, et l'on s'aperçoit à la lecture des noms de villages que beaucoup d'entre eux sont rapprochés géographiquement. Il n'est pas rare que sur un périmètre de 10 kilomètres, le long de la route régionale CV-300, au Nord de Valencia, il y ait six, sept ou huit villages faisant sortir simultanément, même jour, même heure, des toros dans leurs rues.

Toutefois, il convient de faire des choix et de consulter au préalable l'almanach. Se décider, entre Puçol, Rafelbunyol, Meliana, Foios, Massamagrell, Museros, La Pobla de Farnals, El Puig, et tant d'autres bleds.

Aller à la rencontre des toros au coin de rues improbables. Des toros parfois impressionnants, que l'on aurait pu voir sortir dans de grandes arènes. Les regarder passer près, sentir leur souffle, et admirer l'exploit des jeunes qui avec ou sans leurre se jouent d'eux, en maîtrisant l'art de la feinte. Le courage de cet anonymat face aux cornes est époustouflant.



Florent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire