vendredi 15 novembre 2019

Valdellán


Treize ans à peine se sont écoulés entre l'affiche de la novillada de Vic-Fezensac qui mentionnait la naissance d'une ganadería et maintenant.

L'actualité oblige à placer Valdellán en haut de la liste des élevages les plus prisés des aficionados et des arènes les plus exigeantes. Valdellán connaît un grand moment, et parmi les souvenirs des toros et novillos les plus braves des dernières années, il y a en a forcément plusieurs de ce fer.

J'y repensais l'autre fois en rencontrant sur les corrales de Calasparra les deux ganaderos, Fernando Álvarez et Jesús Manuel Martínez Pinilla, toujours humbles, accessibles, sympathiques et réalistes.

Les fruits de leur travail sont incroyables. Quelle réussite pour un élevage aussi récent, car il est étonnant de voir une galerie de trophées aussi fournie avec aussi peu de courses. Cette ganadería, qui fait parler, est d'encaste Santa Coloma/Graciliano, avec comme origines les troupeaux de Hoyo de la Gitana et Pilar Población. Basée dans la province de León, une région inhabituelle pour élevages de toros braves.

Chaque année, peu de lots de toros et de novillos de Valdellán sont disponibles. Mais en voyant les résultats et la régularité, on comprend parfaitement pourquoi ils s'arrachant.

Il y eut les débuts à Vic-Fezensac avec deux lots en 2006 et 2007, à l'époque où il y avait toujours une novillada nocturne aux arènes Joseph Fourniol le premier ou deuxième vendredi d'août. Deux novilladas rugueuses et difficiles.

Après cela, il y eut deux grandes novilladas à Parentis en 2011 et 2012, un lot extraordinaire en 2013 en nocturne à Vic-Fezensac avec le très brave "Pies de Plomo", et plus tard en 2015 une corrida de la feria de Pentecôte toujours à Vic avec l'immense "Cubano".

Pendant toutes ces années, le fil rouge de Valdellán aura été de faire combattre un lot dans les coquettes arènes de Sahagún, situées à vingt kilomètres de la ganadería, au mois de juin, pour la corrida annuelle de cette plaza.

Il y eut aussi des cornus importants à Orthez, Aire-sur-l'Adour, entre autres. De la prestigieuse feria de novilladas de Calasparra, le fer de Valdellán a remporté le prix au meilleur novillo en 2018 puis en 2019.

Et surtout, la consécration vint de Madrid, avec deux très grands toros unanimement appréciés. Navarro en 2018 et Carasucia en 2019. En fin de compte, un sacré palmarès.

Le toro de Valdellán n'a pas nécessairement beaucoup de présence ou de tête, mais la caste, la bravoure, le tempérament et l'émotion sont souvent au rendez-vous. Les ganaderos sont allés à l'essentiel.



Florent



(Images : Le toro "Cubano", numéro 28, en 2015 à Vic-Fezensac, photo de Laurent Bernède / Le novillo "Pies de Plomo", numéro 222, en 2013 à Vic-Fezensac, photo de Yann Bridonneau / Le lot de novillos de Valdellán dans les corrales de Calasparra en 2019 / L'affiche de la première novillada de 2006 à Vic-Fezensac)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire